Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du dimanche 4 décembre

Plus de 500 communes ukrainiennes se trouvaient toujours sans électricité dimanche, à la suite des frappes russes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants dans les rues détruites de Kharkiv (Ukraine), le 2 décembre 2022. (SOFIA BOBOK / ANADOLU AGENCY / AFP)

Plus de 500 localités ukrainiennes se trouvaient toujours sans électricité, dimanche 4 décembre, à la suite de frappes russes qui ont largement endommagé le réseau électrique national ces dernières semaines, a expliqué un représentant du ministère de l'Intérieur. "Huit régions de notre pays sont coupées de l'alimentation électrique", a déclaré à la télévision ukrainienne Yevgueniï Yénine, premier vice-ministre de l'Intérieur.

Dans le détail, "la région de Kharkiv, où 112 villages sont isolés, est la plus touchée ; dans les régions de Donetsk et de Kherson : plus de 90 ; la région de Mykolaïv : 82 ; la région de Zaporijjia : 76 ; la région de Louhansk : 43", a-t-il précisé.

 L'Opep maintient les quotas de production de pétrole

Les représentants des 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), conduits par Ryad, et leurs dix alliés emmenés par Moscou, ont convenu de garder le cap décidé en octobre : une réduction de deux millions de barils par jour jusqu'à fin 2023. Et ce, alors que la Russie est vent debout contre le plafonnement du prix de son pétrole que l'Union européenne, le G7 et l'Australie ont prévu de mettre en place lundi pour priver la Russie des moyens de financer sa guerre en Ukraine.

Des spéculations avaient couru sur une coupe plus drastique, mais le groupe a préféré temporiser devant "l'incertitude quant à l'impact sur la production de brut russe" du nouveau train de sanctions, décrypte Giovanni Staunovo, analyste d'UBS interrogé par l'AFP. 

"Il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine"

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a estimé Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la paix 2022. Elle s'est exprimée depuis Hambourg (Allemagne) car elle a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si, ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a précisé Irina Chtcherbakova. "Mais ces décisions, cette diplomatie, ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.