Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du 22 avril

La journée a été marquée, une nouvelle fois, par les combats à Marioupol qui se poursuivent dans l'aciérie Azovstal et par l'annonce d'un premier bilan officiel par Moscou depuis le naufrage du navire "Movska".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une photo prise depuis Novodruzhesk montre de la fumée s'élevant après un bombardement à Rubizhne (Ukraine), le 22 avril 2022. (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

Premier bilan pour le naufrage du Moskva. Alors que le Kremlin refusait de se pronnoncer sur les témoignages faisant état de pertes depuis le naufrage, le 14 avril, de son croiseur en mer Noire jusqu'ici, le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi 22 avril qu'un marin était mort et que 27 autres étaient toujours portés disparus.

>> Suivez en direct les dernières informations sur la situation en Ukraine

Lors de cette journée, la Russie a également assuré qu'elle était prête à observer "à tout moment" une trêve "sur tout ou une partie" du site industriel d'Azovstal. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir de cette journée de guerre en Ukraine.

Premier bilan depuis le naufrage du Moskva

Un marin est mort et 27 autres sont toujours portés disparus après le naufrage la semaine dernière du croiseur Moskva, a déclaré vendredi le ministère russe de la Défense. C'est la première fois que Moscou reconnaît des pertes dans ce naufrage survenu le 14 avril. Le ministère a ajouté que les 396 autres membres de l'équipage avaient pu être évacués. "Le ministère de la Défense apporte tout le soutien et l'assistance nécessaires aux familles et amis du défunt et des disparus", a-t-il déclaré.

Le secrétaire général de l'ONU se rendra en Russie

Antonio Guterres sera reçu par Vladimir Poutine mardi prochain, a annoncé le Kremlin vendredi. Il s'agit de leur première rencontre depuis le début de l'invasion de l'Ukraine. Antonio Guterres rencontrera également lors de son déplacement à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a précisé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes. Par ailleurs, l'Organisation a accusé l'armée russe d'actions "pouvant relever des crimes de guerre" en Ukraine depuis le 24 février.

 La Russie prête à envisager une trêve dans l'usine Azovstal à Marioupol

L'armée russe s'est dite prête, vendredi, à observer "à tout moment" une trêve "sur tout ou une partie" du site industriel d'Azovstal. "Le point de départ de cette pause humanitaire sera la levée par les formations armées ukrainiennes de drapeaux blancs sur tout ou une partie d'Azovstal", a dit le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Il assure que les civils évacués auront le choix de rejoindre des territoires sous contrôle ukrainien ou russe, que les soldats ukrainiens seront bien traités et que les blessés seront soignés. Vladimir Poutine a également affirmé que Kiev refusait la reddition des derniers soldats ukrainiens retranchés dans la zone industrielle d'Azovstal.

L'armée russe vise le "contrôle total du Donbass et du sud" du pays

L'armée russe veut "établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine", a déclaré vendredi un haut responsable militaire russe, le général Roustam Minnekaïev. "Cela permettra d'assurer un couloir terrestre vers la Crimée, ainsi que de peser sur des infrastructures vitales de l'économie ukrainienne, les ports de la mer Noire à travers lesquels se font les livraisons de produits agricoles, métallurgiques", a énuméré le général cité par les agences de presse russes vendredi. "Le contrôle du sud de l'Ukraine, c'est également un couloir vers la Transdniestrie, où on observe également des cas d'oppression de la population russophone", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.