Finlande : le parti de la Première ministre fait le choix d'une candidature à l'Otan

Sur les 60 membres de la direction du Parti social-démocrate, 53 ont voté pour, 5 contre et deux se sont abstenus, selon le résultat du vote organisé samedi au sein de la formation au pouvoir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première ministre finlandaise Sanna Marin lors d'un sommet européen à Bruxelles (Belgique), le 24 mars 2022. (NICOLAS ECONOMOU / NURPHOTO VIA AFP)

Un grand pas vers l'Otan. Le Parti social-démocrate (SDP) de la Première ministre finlandaise, Sanna Marin, a annoncé son soutien à une candidature du pays nordique à l'Alliance atlantique, qui doit être officialisée dimanche. Sur les 60 membres de la direction du parti, 53 ont voté pour, 5 contre et deux se sont abstenus, selon le résultat du vote annoncé lors d'une conférence de presse à Helsinki, samedi 14 mai.

La candidature de la Finlande doit être officialisée dimanche par l'exécutif, avant une réunion du Parlement lundi et l'envoi formel de sa candidature au siège de l'Otan, à Bruxelles, dans les prochains jours. La fin de la neutralité militaire de la Finlande serait une "erreur", a déjà averti le président russe, Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue finlandais, Sauli Niinistö. La Russie a également suspendu ses livraisons d'électricité à son voisin scandinave, samedi.

La Suède pourrait suivre

La Suède doit également se prononcer dans les tout prochains jours sur une probable candidature. Une réunion-clé du Parti social-démocrate au pouvoir, dimanche à Stockholm, doit lever le dernier obstacle avant l'annonce d'une demande d'adhésion. "Nous espérons pouvoir envoyer nos candidatures cette semaine, ensemble avec la Suède. Ils ont leur propre processus mais j'espère que nous prendrons les décisions au même moment", a affirmé Sanna Marin lors de la conférence de presse.

La Première ministre s'était déjà prononcée jeudi en faveur d'une adhésion "sans délai" de la Finlande à l'Alliance atlantique, conjointement avec le président Sauli Niinistö, et la décision du SDP ne faisait plus de doute. La dirigeante finlandaise s'est toutefois félicité d'un processus de consultation "ouvert", où "tous les acteurs importants sont inclus".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.