Cet article date de plus de sept ans.

En Ukraine, Washington calme le jeu face à Moscou

Tandis que Moscou conteste la légitimité des nouvelles autorités ukrainiennes, la Maison Blanche tente d'apaiser les Russes en insistant sur la nécessité de coopérer dans ce dossier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme tient un drapeau ukrainien sur la place de l'Indépendance à Kiev (Ukraine), le 24 février 2014. (BULENT KILIC / AFP)

Les déclarations sont mesurées, le soutien au nouveau régime reste prudent. Dans le dossier ukrainien, Washington joue l'apaisement avec Moscou, qui a multiplié les mises en garde lundi 24 février face au nouveau président par intérim, l'opposant Olexandre Tourtchinov.

"Il me semble que c'est une aberration de considérer comme légitime ce qui est en fait le résultat d'une révolte", a affirmé le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. En face, la Maison Blanche a entretenu le flou sur le statut du dirigeant par intérim de l'exécutif à ses yeux. Le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, a simplement souligné que le Parlement avait "élu son nouveau président de façon légale".

L'avenir des relations Kiev-Moscou

Washington a préféré insister sur "la nécessité de mettre en place un gouvernement de coalition multipartite, un gouvernement de techniciens". La Maison Blanche a insisté sur la coopération avec Moscou, assurant que malgré le rapprochement des Ukrainiens vis-à-vis de l'Europe, "il n'y a aucune contradiction dans le fait (...) qu'ils conservent leurs liens culturels et économiques de longue date avec la Russie".

La position de la Russie est scrutée, en raison de la fragilité financière de Kiev. Moscou avait annoncé en décembre l'octroi d'un crédit de 15 milliards de dollars à l'Ukraine, dont elle n'a versé que 3 milliards. Le versement du solde paraît désormais compromis au vu des tensions entre les deux pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.