Des Biélorusses s'engagent pour l'Ukraine : "Loukachenko est une marionnette de Poutine"

La Biélorussie joue un rôle-clef dans la guerre en Ukraine. Allié de Vladimir Poutine, le dictateur Alexandre Loukachenko a permis à l’armée russe de passer par son territoire pour envahir le pays. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La cheffe de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaya devant un drapeau ukrainien Tikhanovskaya alors qu'elle s'adresse à la diaspora biélorusse à Londres, le 9 mars 2022. (JUSTIN TALLIS / AFP)

En Biélorussie, les violations des droits de l’homme sont généralisées. Depuis la réélection contestée d’Alexandre Loukachenko en août 2020 et la répression qui a suivi, le pays compte désormais plus d’un millier de prisonniers politiques. Beaucoup de Biélorusses ont fui et se sont réfugiés en Lituanie, en Pologne, ou en Ukraine justement. Aujourd'hui, certains d'entre eux s’engagent aux côtés des Ukrainiens.

>> Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 18 mars

Parmi eux, Gleb, qui vient tout juste de fêter ses 18 ans. Suites aux grandes manifestations de l’automne 2020 en Biélorussie, il a été arrêté et torturé. C’est en exil, depuis la Pologne, qu’il a vécu le début de la guerre avec l’Ukraine. Un choc pour tous les Biélorusses, dit-il. "D’abord, je souhaiterais dire que les Biélorusses présentent leurs plus plates excuses aux Ukrainiens, pour avoir permis une attaque des forces militaires russes depuis notre territoire."

"Les gens comprendront que les Biélorusses ne sont pas Loukachenko, mais que les Biélorusses se battent au contraire pour le droit."

Gleb, Biélorusse parti combattre en Ukraine

franceinfo

La semaine dernière, avec soixante-dix de ses compatriotes, Gleb a traversé la frontière, pour se rendre dans un centre d’entraînement près de Lviv, avant d’aller défendre la capitale ukrainienne, Kiev. "Quand on a compris que la guerre allait commencer, je me suis promis une chose : si les Russes ne mettent ne serait-ce qu’un seul pied en Ukraine, j’irai défendre ce pays. Je ne veux pas que mes enfants se disent un jour : mon père aurait pu essayer de faire quelque chose contre les Russes, mais il n’a rien fait. Il faut essayer."

Essayer, et même faire tout son possible, c’est aussi ce que fait en ce moment la leader de l’opposition biélorusse en exil, Svetlana Tikhanovskaïa. Dans une vidéo, elle s’adresse directement aux Ukrainiens :

"Les Biélorusses estiment qu’il ne s’agit pas d’une simple opération spéciale, que c’est Vladimir Poutine qui a pris la décision de bombarder une population pacifique. Et les Biélorusses sont contre ça."

Svetlana Tikhanovskaïa

franceinfo

Des Biélorusses, qui tiennent à tout prix à se démarquer d’Alexandre Loukachenko et de son régime autoritaire. "On a quitté notre patrie parce qu’on luttait contre le régime de Loukachenko et on a été mis sous la répression. Merci beaucoup à l’Ukraine pour avoir donné la possibilité, le refuge et la possibilité de respirer librement", déclare une femme dans une vidéo tournée devant la mairie de Lviv en Ukraine. Un homme prend ensuite la parole. "Loukachenko ne représente pas le peuple biélorusse, c’est un usurpateur, c’est une marionnette de Poutine. Il ne représente que lui-même et sa clique de bandits." Et la vidéo conclut : "Nous sommes ensemble. Vive la Biélorussie, gloire à l’Ukraine !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.