"Oleg Sentsov est en train de mourir dans une prison parce qu'il dit des choses qui dérangent", affirme Françoise Nyssen

La ministre de la Culture, qui a signé avec d'autres personnalités une tribune dans "Le Monde", affirme que le cinéaste ukrainien a été condamné sans faits avérés et que son état est "limite". Emprisonné depuis 2015 en Russie, Oleg Sentsov fait la grève de la faim depuis trois mois.

Un poster avec le hashtag #freesentsov affiché sur la vitrine d\'une boutique en plein centre de Kiev. Le cinéaste ukrainien, emprisonné en Russie depuis 2015, refuse de s\'alimenter depuis mi-mai.
Un poster avec le hashtag #freesentsov affiché sur la vitrine d'une boutique en plein centre de Kiev. Le cinéaste ukrainien, emprisonné en Russie depuis 2015, refuse de s'alimenter depuis mi-mai. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

"Il faut agir vite pour ne pas laisser Oleg Sentsov mourir." C'est le titre d'une tribune publiée lundi 13 août dans le journal Le Monde et signée par un collectif d'une centaine de personnalités de la culture et du cinéma, dont Jean-Luc Godard ou encore Ken Loach, pour demander la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov.

Le cinéaste, opposé à l'annexion de la Crimée, est emprisonné en Russie depuis 2015. Il a entamé une grève de la faim mi-mai pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens enfermés en Russie. "On dit qu'il a perdu 30 kilos et que son état se dégrade", a réagi sur franceinfo Françoise Nyssen, ministre de la Culture, elle aussi signataire de cette tribune. "Il y a urgence à faire libérer Sentsov."

franceinfo : Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de prison. Il lui est reproché d'avoir participé à la préparation d'un acte terroriste. Vous dites que son procès a été une violation du droit international. Pourquoi ?

Françoise Nyssen : Parce que ça ne se base pas sur des faits avérés. Il a été emprisonné à cause de ce qu'il pouvait dire. Les cinéastes, les écrivains, les gens de théâtre nous disent le monde et leur vision et nous en avons besoin dans le débat démocratique. La liberté artistique est à la base de toute création et nous devons la défendre et la respecter. C'est terrifiant de se dire qu'à partir des idées qui pourraient être propagées, on emprisonne une personne. C'est ça, l'état des lieux.

Oleg Sentsov est donc emprisonné pour ses films, pour ses idées ?

Oui, c'est manifeste, il n'y a pas de faits avérés. C'est un procès qui s'est fait sur des suppositions avec des suspects qui ont dit des choses sous la torture. Aujourd'hui, cet homme réclame le droit à la liberté d'expression et meurt pour cela. Il est en train de mourir dans une prison parce qu'il dit des choses qui dérangent, mais on a besoin de ces artistes, de leurs idées, de leurs éclairages dans le débat démocratique, même si cela dérange. On ne doit pas emprisonner dès le moment où on atteint la frontière de dissidence.

Il est en grève de la fin depuis trois mois. Quel est son état de santé ?

J'ai rencontré le ministre de la Culture russe avec Emmanuel Macron en janvier. Le président en a parlé récemment avec Vladimir Poutine. On sait qu'Oleg Sentsov a perdu 30 kilos, donc son état est limite. On sent que cet homme est déterminé à faire valoir le droit à la liberté d'expression et le droit à la liberté. C'est pour ça qu'une solution politique et humanitaire doit être trouvée en urgence.

Que peut faire Emmanuel Macron ? Il a déjà proposé des solutions à Vladimir Poutine.

Il a écrit, téléphoné, rencontré le président russe. Il a demandé qu'un médecin puisse venir le voir, qu'une solution s'esquisse et il n'a pas eu de retour. C'est pour cela que nous faisons cette tribune avec des cinéastes du monde entier qui ont une voix qui porte pour dire : "Libérez Sentsov !"