Londres : à la découverte des "maisons iceberg"

Pour agrandir leur logement, certains n'hésitent pas à creuser en sous-sol. Une équipe de France 2 s'est rendue à Londres, capitale la plus chère du monde pour l'immobilier, où les "maisons iceberg" fleurissent.

FRANCE 2

Face à la crise de l'immobilier, la France vient de faciliter la possibilité de surélever les immeubles ou les maisons pour gagner de l'espace. À Londres, c'est en sous-sol que l'on trouve de la place supplémentaire.

Londres est la capitale la plus chère du monde pour l'immobilier, avec un prix moyen pour ses résidences de 25 millions d'euros dans le quartier d'Hampstead. Certaines ont un nom étrange, les "maisons iceberg", car on n'en voit que la partie émergée.

Des folies en sous-sol

Dans l'une de ces maisons se cache un petit palais. Sous le jardin, un niveau complet avec une piscine couverte. Et ce n'est pas fini, un étage plus bas, une salle de cinéma avec toutes les commodités.

"L'an dernier, dans le quartier chic de Kensington, c'est pas moins de 450 permis de construire qui ont été déposés pour ce type de travaux", souligne le journaliste de France 2, Loïc de La Mornais.

Le JT
Les autres sujets du JT