Les Anonymous publient des adresses d'internautes qu'ils accusent de pédophilie

Les coordonnées de près de 500 personnes ont été dévoilées par le collectif.

Des Anonymous à Bombay (Inde), le 9 juin 2012.
Des Anonymous à Bombay (Inde), le 9 juin 2012. (INDRANIL MUKHERJEE / AFP)

Les Anonymous ont encore frappé. Cette fois, les activistes ont visé des pédophiles présumés. Les adresses email, IP et parfois même postales d'environ 500 personnes qu'ils accusent de fréquenter des sites de pornographie infantile sur internet ont été publiées. C'est ce qu'indiquent, mercredi 11 juillet, les sites d'informations Nieuwsblad.be et Standaard.be (liens en flamand)

Plusieurs dizaines d'adresses se trouvent en Belgique. Montré du doigt par les Anonymous, Hans-Peter Luyckx, conseiller communal du Vlaams Belang, le parti nationaliste flamand, a "démissionné temporairement" mercredi, selon le site RTL.be, mais assure que "son adresse électronique a été piratée". Le responsable politique envisage de porter plainte contre X.

La Belgique enquête sur Anonymous

Les données sont actuellement analysées par la police belge spécialisée sur internet, la Federal Computer Crime Unit, qui compte mener une enquête approfondie sur ces informations.

De son côté, l’association belge de protection des enfants Child Focus a condamné l'action des Anonymous. Elle estime que "si des choses illégales se produisent sur des sites de chat, c’est uniquement à la police d’agir".