La Hongrie pointée du doigt, mais pas encore sanctionnée

Le vote du Parlement européen ne sanctionne pas la Hongrie pour le moment. Il met en difficulté son Premier ministre au sein de l'UE, mais pas dans son pays.

Voir la vidéo
France 3

Mercredi 12 septembre, Viktor Orban a été lâché par sa propre famille politique européenne, le PPE, la droite modérée. Le Parlement européen a voté pour déclencher l'article 7 de l'Union européenne. Une décision courageuse de la part de certains eurodéputés scandinaves et allemands proches d'Angela Merkel. Derrière ce sursaut démocratique, la droite européenne envoie un signal à la gauche : faites le ménage vous aussi dans vos gouvernements. Les gouvernements socialistes roumain et slovaque sont minés par la corruption.

Pas de sanction pour le moment

Quant à la suite de la procédure, la balle est dans le camp des États. Hormis la France qui a fait de Viktor Orban sa bête noire, les autres pays tergiversent et esquivent ce débat sur les valeurs de l'UE. Les 28 membres se retrouvent la semaine prochaine à Salzbourg, en Autriche, où ils ne pourront plus jouer les Ponce Pilate, conclut le journaliste de France 3 à Bruxelles Pascal Verdeau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors des débats au Parlement européen sur la situation de la Hongrie, le 11 septembre 2018 à Stasbourg (Bas-Rhin). 
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors des débats au Parlement européen sur la situation de la Hongrie, le 11 septembre 2018 à Stasbourg (Bas-Rhin).  (FREDERICK FLORIN / AFP)