Royaume-Uni : le business du Brexit

Alors que mardi 29 janvier les députés britanniques doivent voter le plan B qu'a présenté Theresa May, la semaine dernière pour sortir de l'impasse, des marques se servent du Brexit pour faire du business.  

FRANCE 2

Devant le Parlement britannique, Theresa May est à la barre d'un navire qui ne sait pas vraiment quel cap fixer pour éviter l'iceberg et le naufrage. Le Brexit et ses négociations, sans fin, parfois difficiles à suivre, inspirent, avec souvent beaucoup d'autodérision. Mais l'incertitude qui entoure l'avenir est aussi utilisée par certains comme argument marketing. James Blake a ainsi lancé son kit de survie. En cas de "no deal", d'absence d'accord, il vous propose de survivre pendant 30 jours avec sa "Brexit box".

Des produits plus disponibles après le Brexit ?

340 euros la boîte de survie. 700 personnes, comme cette retraitée, l'ont déjà achetée. "J'ai commencé à penser qu'en cas de scénario noir, des produits ne seraient peut-être plus disponibles à la vente. Ou que leur prix augmenterait considérablement. Et que, potentiellement, l'après-Brexit pourrait être très difficile", explique Lynda Mayall, cliente de James Blake. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le palais de Westminster où siège le Parlement britannique, à Londres (Royaume-Uni), le 20 janvier 2019.
Le palais de Westminster où siège le Parlement britannique, à Londres (Royaume-Uni), le 20 janvier 2019. (DAVID CLIFF / NURPHOTO)