Cet article date de plus de quatre ans.

"Qu'importe le Brexit, qui a les plus belles jambes ?" : le "Daily Mail" sévèrement taclé après sa une sexiste

Dans son édition datée de mardi, le tabloïd britannique évoque en titre les jambes de la Première ministre britannique et de son homologue écossaise, photo à l'appui.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Capture d'écran du tweet de l'édition britannique du "Daily Mail" montrant la une du 28 mars 2017. (TWITTER.COM/DAILYMAILUK)

Le Brexit doit officiellement être déclenché mercredi 29 mars, mais ce ne sont pas les détails de la sortie du Royaume-Uni qui intéressent le Daily Mail ce mardi. "Qu'importe le Brexit, qui a les plus belles jambes ?" dit en substance le jeu de mots en une de l'édition du jour du tabloïd, accompagné d'une photo de la Première ministre Britannique Theresa May et de son homologue écossaise, Nicola Sturgeon.

La une ne passe pas. Tant auprès de personnalités politiques que de femmes journalistes. "Honte au Daily Mail", a écrit le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn. "Nous sommes en 2017, s'exaspère Yvette Cooper, une députée travailliste. Les décisions de deux femmes vont déterminer l'existence ou non du Royaume-Uni. Et ce qui fait la une, ce sont leurs jambes. Evidemment."

"Débile !, "oncle ivre et pervers"

"Débile ! Et nous sommes en 2017 !" s'est exclamée la députée travailliste Harriet Harman. "Voici ce qui arrive quand vous laissez cet oncle ivre et pervers, à un mariage, éditer un journal", a commenté pour sa part la correspondante de Buzzfeed au Royaume-Uni, Jane Bradley.

Une journaliste de la chaîne britannique Sky News se demande si elle ne s'est pas réveillée dans les années 1960. "Alerte info : deux femmes ont quatre jambes à elles deux. Oubliez leurs cerveaux", grince une journaliste de la BBC.

De son côté, un internaute a imaginé une une avec le même titre montrant des hommes politiques en short. Parmi eux, l'ancien Premier ministre David Cameron et l'ex-maire de Londres Boris Johnson.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.