Brexit : nouveau revers pour Boris Johnson

Au Royaume-Uni, le Parlement a emprisonné Boris Johnson dans ses filets législatifs. Le Premier ministre ne pourra pas imposer un Brexit sans accord.

Nouveau coup dur pur Boris Johnson. Alors que le Premier ministre britannique est en campagne en Écosse auprès des pêcheurs notamment. Au même moment à Londres, la Chambre des lords entérine un texte crucial : une loi qui vise à empêcher un "no deal". Elle impose à Boris Johnson de reporter le Brexit à janvier 2020 si aucun accord n'est trouvé avant le 19 octobre. Un texte qui doit recevoir l'approbation de la Reine, mais aussi des 27 états membres de l'UE.

Semaine cruciale

Boris Johnson peut seulement se féliciter d'une petite victoire, celle de la suspension du parlement, qui est confirmée. La demande d'annulation de sa décision a été rejetée. Une semaine mouvementée attend cependant le Premier ministre, où il retentera d'obtenir des élections anticipées, ce qui lui permettrait d'avoir une majorité pour sortir de l'Union le 31 octobre, avec ou sans accord.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, le 4 septembre 2019 à la Chambre des communes.
Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, le 4 septembre 2019 à la Chambre des communes. (JESSICA TAYLOR / AFP)