Brexit : les pêcheurs britanniques ne veulent plus partager leurs eaux

Les 27 membres de l'Union européenne se réuniront jeudi 1er octobre à Bruxelles pour un sommet européen où il sera notamment question du Brexit. Les négociations butent notamment sur la pêche. Les Britanniques voudraient ne plus avoir à partager leurs eaux, comme dans les îles Shetland, en Écosse.

France 2

Les îles Shetland, en Écosse, sont situées entre la mer du Nord et l'océan Atlantique. Dans ces eaux, 450 marins pêcheurs travaillent, comme Clive Scott. Ce pêcheur britannique travaillant depuis 30 ans est inquiet. "Si on a un mauvais accord sur le Brexit, on aura des taxes douanières qui vont augmenter et nos recettes vont automatiquement baisser", craint-il au micro de France 2.

Le sort des pêcheurs se négocie à Bruxelles

Ce sentiment d'incertitude est partagé par Simon Collins, représentant des pêcheurs des Shetland. Il espère que les bateaux des autres membres de l'Union européenne ne viendront plus, ou moins, ce qui leur laissera plus de poissons. C'est pour cela que les membres de l'association ont voté pour le Brexit. "Là, on va reprendre le contrôle pour notre bénéfice, pour les bénéfices de cette communauté sur les îles", déclare Simon Collins. Mais leur destin se joue bien loin de Lerwick, la capitale des Shetland. C’est à Bruxelles, en Belgique, que se négocie le sort des pêcheurs. En trois décennies, la moitié des pêcheurs des îles Shetland a dû cesser de travailler. Ils accusent la politique des quotas décidés à Bruxelles.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'accès aux eaux de Guernesey suspendu pour les pêcheurs français en raison du Brexit (illustration).
L'accès aux eaux de Guernesey suspendu pour les pêcheurs français en raison du Brexit (illustration). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)