Brexit : l'espoir des pêcheurs britanniques

Dans la ville de North Shields au Royaume-Uni, la majorité des habitants ont voté en faveur du Brexit. Ils ont l'espoir de voir les eaux britanniques interdites aux pêcheurs de l'Union européenne.

FranceInfo

Juste avant l'aube The Good Fellowship quitte le port de North Shields au Royaume-Uni. "Notre propre flotte doit évidemment passer en premier. Quand nous quitterons l'Europe, il faudra que nous ayons une vision plus large pour obtenir une meilleure pêche durable pour notre pays et peu importe les pêcheurs étrangers", déclare David Shiel, un pêcheur britannique.

L'accès aux eaux britanniques constitue une condition préalable à un accord général sur le Brexit

Mais ce n'est pas sûr que l'équipage du The Good Fellowship ne croise plus de bateaux de l'Union européenne près de son port. L'accès aux eaux britanniques constitue une condition préalable à un accord général sur le Brexit. "Le problème c'est qu'encore une fois on nous l'avait promis et, à la dernière minute, ils vont nous laisser tomber parce qu'ils n'ont rien dans le ventre", regrette le pêcheur David Shiel. Au Royaume-Uni, la pêche représente moins de 0,1% du PIB, elle pourrait donc être sacrifiée au profit d'une négociation sur des secteurs plus importants.

Manifestation anti-Brexit à Londres (Royaume-uni), le 8 janvier 2020.
Manifestation anti-Brexit à Londres (Royaume-uni), le 8 janvier 2020. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)