Cet article date de plus d'un an.

Brexit : le gouvernement britannique lance la révision unilatérale du protocole nord-irlandais

Cet accord vise à protéger le marché unique européen après le Brexit sans provoquer le retour d'une démarcation physique entre la province britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Premier ministre britannique Boris Johnson prononce un discours à Blackpool, au Royaume-Uni, le 9 juin 2022. (PETER BYRNE / POOL / AFP)

Le gouvernement britannique a présenté au Parlement, lundi 13 juin, son projet de loi qui remet en cause le statut post-Brexit de l'Irlande du Nord. Alors que l'Union européenne a menacé le mois dernier le Royaume-Uni d'actions en justice, estimant que son initiative nuisait à "la confiance mutuelle", Londres estime ne plus pouvoir attendre, compte tenu de la paralysie politique causée par le protocole nord-irlandais.

Après avoir menacé d'outrepasser purement et simplement ce traité international qu'il a négocié et signé, le gouvernement de Boris Johnson a choisi de légiférer pour le modifier unilatéralement.

"Nous sommes très clairs sur le fait que nous agissons de manière légale", a assuré la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss. S'il est adopté – ce qui pourrait prendre des mois –, le texte "va mettre fin à cette situation intenable où la population d'Irlande du Nord est traitée différemment du reste du Royaume-Uni, va protéger la suprématie de nos tribunaux et notre intégrité territoriale", a-t-elle expliqué dans un communiqué, défendant une "solution raisonnable".

Elle a répété que Londres restait ouvert à une solution négociée, mais à condition que l'UE accepte de "changer le protocole" et non seulement l'aménager comme c'est le cas actuellement. L'accord vise à protéger le marché unique européen après le Brexit sans provoquer le retour d'une démarcation physique entre la province britannique et la République d'Irlande, membre de l'UE, ce qui pourrait provoquer de nouvelles violences en Irlande du Nord.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.