Brexit : l'Union européenne met en garde Londres contre des modifications du protocole nord-irlandais qui ne seraient "pas acceptables"

Censé résoudre l'épineuse question de la seule frontière terrestre entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, le protocole nord-irlandais se retrouve au cœur de nouvelles tensions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pancarte des unionistes opposés au protocole nord-irlandais, au nord de Belfast (Royaume-Uni), le 17 mai 2022. (PAUL FAITH / AFP)

L'actualité autour du Brexit resurgit et l'Union européenne (UE) a décidé de répondre fermement à Londres. Des modifications unilatérales du statut post-Brexit de l'Irlande du Nord ne seraient "pas acceptables" et l'UE devra y "répondre avec tous les moyens à sa disposition", a averti le vice-président de la Commission européenne, Marcos Sefcovic, dans un communiqué (en anglais) publié mardi 17 mai. 

L'Union européenne prend très au sérieux la menace de la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, d'introduire un projet de loi "dans les semaines à venir", afin d'apporter notamment des changements au protocole nord-irlandais, qui prévoit que les contrôles sur les marchandises en provenance de Grande-Bretagne s'effectuent à leur arrivée en Irlande du Nord. 

Vers une riposte commerciale de l'UE ?

Depuis la signature des accords du Brexit en janvier 2020, la pomme de discorde entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, c'est l'Irlande du Nord : Londres ne veut pas de séparation entre les deux Irlandes pour ne pas enflammer de nouveau les tensions entre unionistes et indépendantistes. Mais pour l'UE, cette séparation est nécessaire, sinon, des produits non conformes au droit européen pourraient entrer sur son territoire via l'Irlande du Nord.

Pour débloquer la situation, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, envisage de changer certaines clauses de l'accord de Brexit relatives à l'Irlande du Nord, ce que ne souhaite pas l'UE, ni le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney. En cas de changement unilatéral, la riposte de l'UE pourrait donc être commerciale.

En attendant, la Commission européenne se dit "prête à poursuivre les discussions avec le gouvernement britannique afin d'identifier des solutions communes dans le cadre du protocole".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.