Brexit : en pleine crise avec l'Union européenne, Londres conclut un accord avec Tokyo

Le Royaume-Uni prépare ses relations commerciales post-Brexit. Il s'agit de son premier accord commercial "majeur" depuis le Brexit, signé vendredi à l'issue d'une semaine d'intenses frictions avec l'UE.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Biarritz, le 26 août 2019. 
Le Premier ministre britannique Boris Johnson et le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Biarritz, le 26 août 2019.  (NEIL HALL / AFP)

A peine divorcé de l'Union européenne, le Royaume-Uni se cherche de nouveaux partenaires. Le gouvernement a arraché vendredi 11 septembre auprès du Japon son premier accord commercial "majeur" depuis le Brexit, à l'issue d'une semaine d'intenses frictions avec l'Union européenne qui fait craindre un échec des tractations avec le bloc des Vingt-Sept, à haut risque pour l'économie.

Londres s'est félicité de ce "moment historique" au moment où ses relations avec Bruxelles sont au plus mal, plombées par des divergences chroniques sur les modalités de leur future coopération et surtout la volonté britannique de revenir sur l'accord de divorce, en violation assumée du droit international. "Le Royaume-Uni a conclu un accord de libre-échange avec le Japon, qui est le premier accord commercial majeur" du pays comme "nation indépendante sur le plan commercial", a annoncé le ministère britannique du Commerce international dans un communiqué.

Compenser le retrait des accords européens

Le compromis, qui doit augmenter les échanges commerciaux avec le Japon d'environ 15,2 milliards de livres, fait l'objet d'un "accord de principe" de la part de la ministre britannique du Commerce international Liz Truss et du chef de la diplomatie japonaise Toshimitsu Motegi. Censé entrer en vigueur le 1er janvier, il permettra aux entreprises britanniques d'échapper aux droits de douane sur 99% de leurs exportations vers le Japon. Il bénéficiera notamment à l'industrie, aux secteurs agroalimentaire et technologique.

Pour le Royaume-Uni, cet accord remplacera celui qui existe déjà entre l'Union européenne et le Japon. Il "va bien plus loin que l'accord existant", a souligné Liz Truss. Ce dernier est entré en vigueur en 2019 et s'applique également pour le moment au Royaume-Uni, qui reste soumis aux règles européennes durant une période de transition courant jusqu'à fin décembre.