Brexit : crise chez les conservateurs britanniques

Pour Theresa May, il n’y avait pas d’autre choix que l’accord sur Brexit. Cependant, la Première ministre britannique est loin d’être soutenue dans ses rangs.

Le Brexit continue à diviser dans le gouvernement. Ce jeudi, pendant trois heures, Theresa May a bataillé pour convaincre les parlementaires du bien-fondé du projet d’accord négocié avec l’UE. "Le choix est clair, nous pouvons choisir de partir et risquer qu’il n’y ait pas de Brexit du tout (...) Ou nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvons négocier" a tancé Theresa May. Loin d’être soutenue même dans son propre camp, la Première ministre pourrait être visée par une motion de défiance.

Plusieurs ministres démissionnent

Mais cette motion de défiance est loin d’être demandée : elle ne sera en effet soumise aux votes que si 48 députés conservateurs en font la demande. Quatre de ses ministres ont démissionné dont celui chargé du Brexit, Dominic Raab, qui estime que Theresa May "doit changer sa stratégie". Quelle que soit l’issue, Theresa May a annoncé qu’elle n’organiserait pas un nouveau référendum.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Première ministre britannique Theresa May, le 15 novembre 2018 devant le 10 Downing Street à Londres.
La Première ministre britannique Theresa May, le 15 novembre 2018 devant le 10 Downing Street à Londres. (TOLGA AKMEN / AFP)