Brexit : ces Anglais qui choisissent la France

Le Royaume-Uni a dit au revoir à l'Union européenne, samedi 1er février. Vingt-quatre heures après l'officialisation de la rupture, beaucoup de Britanniques installés en France envisagent de demander la nationalité.

France 2

À Abjat-sur-Bandiat, en Dordogne, 20% des 650 habitants sont britanniques et se retrouvent au pub. Stewart Edwards est le premier Anglais à s'être installé dans le village. "Moi je regrette énormément. Pour les Anglais qui habitent ici, l'avenir est toujours incertain", déplore l'expatrié. La plupart d'entre eux vont devoir demander une carte de séjour. Installés depuis dix ans, James Scott et son épouse ont réagi au Brexit en demandant la nationalité française. "On veut être Français, on habite ici, je travaille ici, (...) mon fils est né ici", raconte-t-il.

Plus de droit de vote aux élections locales

Comme les autres Britanniques de France, avec le Brexit, les Scott perdent leur droit de vote aux élections locales, car ils ne sont plus citoyens européens. James devait même se présenter sur la liste du maire aux municipales. Il pourra le faire seulement s'il est naturalisé à temps. Dans son travail d'agent immobilier, James Scott constate toutefois que de jeunes Britanniques visitent toujours les vieilles maisons du Périgord avec le rêve de s'installer en France, malgré le Brexit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une eurodéputée porte une écharpe aux couleurs du Royaume-Uni et de l\'Union européenne, le 29 janvier 2020 à Bruxelles (Belgique).
Une eurodéputée porte une écharpe aux couleurs du Royaume-Uni et de l'Union européenne, le 29 janvier 2020 à Bruxelles (Belgique). (JOHN THYS / AFP)