Ascoval : les Hauts-de-France débloquent 12 millions d'euros

L'avenir de British Steel, repreneur de l'aciérie d'Ascoval, est incertain. Le conseil régional des Hauts-de-France va débloquer 12 millions d'euros pour tenter de pérenniser le site.

France 2

British Steel pourra-t-il sauver Ascoval, située à Saint-Saulve (Nord) ? Il y a quelques jours, le groupe britannique était au bord de la faillite et les salariés de l'aciérie française sous le choc et l'angoisse. "C'est quelque chose que l'on n’avait vraiment pas du tout envisagé et c'est même pire qu'un cauchemar. Un cauchemar, on se réveille, on se secoue et c'est reparti, là on est en train de se faire sacrifier", explique Bruno Kopczynski, porte-parole de l'Union syndicale Ascoval.

270 salariés

Le groupe britannique, repreneur annoncé de l'aciérie française, est victime des incertitudes du Brexit. British Steel réclame 30 millions d'euros à son gouvernement. Pourtant, c'est la région des Hauts-de-France qui vole à son secours avec une enveloppe de 12 millions d'euros pour tenter de sauver les 270 salariés de l'usine française. Le prêt sera à rembourser jusqu'à la date butoir de 2026.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un employé d\'Ascoval, devant l\'entreprise, le 5 novembre 2018, sur le site de Saint-Saulve, dans le Nord.
Un employé d'Ascoval, devant l'entreprise, le 5 novembre 2018, sur le site de Saint-Saulve, dans le Nord. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)