Cet article date de plus de dix ans.

Immigration à Melilla : «Le bonheur ou la mort»

Melilla est une minuscule bande de terre espagnole posée sur le continent africain. Chaque jour, des immigrants maghrébins, subsahariens et asiatiques, tentent de franchir les ultimes barrières qui l'entourent pour atteindre le sol européen. Comme Mohamed, jeune Guinéen qui a franchi ce mur d'acier séparant deux mondes.
Article rédigé par Hervé Pozzo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
«En Afrique, il y a des ONG mais il n'y a pas de droits de l'Homme !» Un reportage France 2 de Dorothée Ollieric et Matthieu Birden. (Matthieu Birden/France 2)

Les habitants de Melilla l'appellent la «Valla», une double barrière faite de poutrelles métalliques soutenant d'imposants grillages de 7 mètres de haut. C'est l'ultime rempart qu'a dressé l'Europe entre les migrants et les pays de leurs rêves. Mais Mohamed n'hésitera pas cette nuit d'août 2013 lorsqu'en groupe, une nouvelle fois, il tentera de franchir l'édifice d'acier. Car il veut «changer de vie», ne plus vivre «sur un continent où les droits de l'Homme n'existent pas». Et comme il nous l'explique, le premier de ces droits est... d'être payé correctement, chose qu'il dit n'avoir jamais rencontré dans son pays et sur son continent.


Comme beaucoup de ses compagnons migrants il n'y a pas de retour possible vers son pays d'origine. Car l'argent dépensé pour arriver jusqu'à cette barrière était depuis longtemps économisé pour émigrer en Europe.

Non, Mohamed ne s'imagine pas une seconde revenir au pays sans être parvenu à ses fins. «J'ai le droit d'avoir des choses !», explose t-il. Le droit d'avoir des rêves, aussi, et il n' a jamais été aussi proche de les réaliser.
Comme certains de ses compagnons du camp de rétention, interviewés par une équipe de France 2.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.