Hongrie : le refus de l'immigration

En Hongrie, malgré la baisse démographique, les autorités et la majorité de la population ne souhaitent pas avoir recours à l'immigration.

La Hongrie perd des habitants chaque année. Pourtant, à l'inverse des pays d'Europe occidentale, elle ne voit pas en l'immigration une opportunité. Et s’il se dépeuple, le pays met les grands moyens : 32 000 euros cash pour les familles, à condition de faire construire un logement neuf et d'avoir trois enfants. Minea Tengyer va toucher le pactole et c'est une aide de plus, car avec trois enfants elle touche déjà une allocation et des réductions d'impôts. Tout est fait pour l'inciter à agrandir sa famille. "Cela m'a beaucoup aidé. Je pense que s'il n'y avait pas eu toutes ses allocations, je n'aurais pas eu mes enfants si vite", affirme-t-elle.

"Sauvegarder les valeurs hongroises"

Viktor Orban, le Premier ministre conservateur a lancé cette politique très généreuse, pour qu'enfin, il y ait plus de naissance que de décès, car chaque année, la Hongrie perd plus de 30 000 habitants. Et pas question d'avoir recours à l'immigration, comme l'explique la ministre de la Famille. "L'immigration n'est pas une solution au défi démographique. On essaie de sauvegarder nos caractéristiques et nos valeurs hongroises", assure Katalin Novak. Un discours qui fait mouche notamment auprès de l'électorat le plus âgé.

Le JT
Les autres sujets du JT