Des Indignées dans les mairies, une "révolution" pour les Espagnols

Comment les Espagnols ont-ils vécu l'avènement de ces deux Indignées ? La réponse avec la journaliste Valérie Labonne, en direct depuis Madrid.

France 3

"Ici on parle de révolution", explique la journaliste qui ajoute : "Ces maires, issues de listes alternatives, inspirées de l'extrême-gauche viennent carrément bouleverser le paysage politique traditionnel espagnol". Les habitants sont désormais impatients de savoir ce que leur gestion va donner, une fois confrontées à la réalité.
En plus de Madrid et de Barcelone, il y a environ 15% d'Espagnols qui sont concernés, les partisans se disent très heureux de voir cette façon de faire de la politique mise en place.

De grands espoirs

"Leurs détracteurs, en revanche, le sont moins, notamment au sein du Parti populaire, ont même crié au retour des soviets en Espagne", rapporte Valérie Labonne. Les deux femmes veulent faire des villes où elles siègent désormais des laboratoires de la vie participative et se disent "à la disposition des citoyens". Toutes deux veulent également mettre un terme à la corruption qui gangrène la politique et se sont, pour cela, entourées de personnalités de la vie civile.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des partisans d\'Ada Colau, candidate aux élections municipales de Barcelone (Espagne) pour la liste soutenue par Podemos, le 24 mai 2015.
Des partisans d'Ada Colau, candidate aux élections municipales de Barcelone (Espagne) pour la liste soutenue par Podemos, le 24 mai 2015. (QUIQUE GARCIA / AFP)