De nouveaux combattants de l’Etat islamique ont été envoyés vers l’Europe, selon les autorités belges

Le niveau de la menace terroriste en Belgique reste à 3 (sur une échelle de 4), selon l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace.

Des militaires dans les rues de Bruxelles (Belgique), le 22 mars 2016.
Des militaires dans les rues de Bruxelles (Belgique), le 22 mars 2016. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Quatre semaines après les attentats de Bruxelles, l'Europe et la Belgique restent sous la menace de nouvelles attaques terroristes. Selon l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam), mardi 19 avril, de nouveaux combattants du groupe Etat islamique ont en effet été envoyés vers l’Europe et la Belgique.

Le niveau de la menace terroriste en Belgique reste à 3 (sur une échelle de 4), a précisé Paul Van Tigchelt, le patron de l'Ocam, cité par le journal L'Avenir. La menace terroriste signifie donc que le risque d’une attaque terroriste reste "possible" et "vraisemblable".

Le jeune frère d'Abaaoud pisté

Deux noms retiennent particulièrement l'attention des enquêteurs. Younes Abaaoud, le jeune frère d’Abdelhamid, considéré comme le cerveau des attentats de Paris, fait l'objet d'une enquête. Agé de 15 ans, il est pisté par les services de renseignement depuis que son frère l’a emmené en Syrie lorsqu’il avait 13 ans. Interpol a également lancé un avis de recherche concernant Hamza Bazaani, 23 ans, un Belge suspecté de terrorisme. Ce dernier serait parti en Syrie avec son frère Yassin en 2013.