Attaques d'Utrecht : la piste terroriste étudiée "sérieusement"

C'est ce qu'ont annoncé, mardi, le parquet et la police locale, après la découverte d'une lettre dans la voiture du principal suspect.

Des fleurs déposées à proximité de la station de tramway d\'Utrecht (Pays-Bas), le 19 mars 2019, où trois personnes sont mortes lors d\'une attaque.
Des fleurs déposées à proximité de la station de tramway d'Utrecht (Pays-Bas), le 19 mars 2019, où trois personnes sont mortes lors d'une attaque. (JOHN THYS / AFP)

L'enquête sur les attaques à Utrecht (Pays-Bas) avance. La piste terroriste est étudiée "sérieusement", ont annoncé, mardi 19 mars, le parquet et la police locale. Les enquêteurs précisent n'avoir trouvé "aucun lien" entre l'auteur des tirs et les victimes.

Ils ont expliqué se fonder sur une lettre retrouvée dans la voiture du suspect principal, Gokmen Tanis, un homme de 37 ans né en Turquie. Ce dernier a été arrêté lundi à l'issue d'une chasse à l'homme de huit heures. Une arme à feu a été saisie lors de son interpellation, ont précisé les enquêteurs.

Deux hommes en garde à vue

Outre le suspect principal, deux autres hommes âgés de 23 et 27 ans sont toujours en garde à vue, mardi, après leur arrestation lundi soir. Aucune précision n'a été donnée sur leur degré d'implication présumé.

Les motivations du suspect principal demeurent floues. Lundi, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait affirmé qu'on ne pouvait "exclure" d'autres pistes que la motivation terroriste, notamment celle d'une dispute familiale. "Les autres motifs ne sont pas exclus, ils sont aussi l'objet d'investigations", ont renchéri, mardi, le parquet et la police.