LA PHOTO. Angela Merkel élue personnalité de l'année 2015 par le magazine «Time»

Alors que la chancelière allemande vient de fêter les dix ans de son arrivée au pouvoir, le magazine américain «Time» la place en couverture de son édition du 9 décembre 2015, avec cette légende «Angela Merkel, chancelière du monde libre». L'hebdomadaire explique avoir voulu saluer sa capacité à affronter, durant ces derniers mois, la crise migratoire en Europe et la crise de la dette grecque.

 Comme auparavant ont été sollicités Marc Chagall, Roy Lichtenstein ou Andy Warhol, la direction de «Time» a fait appel à un artiste peintre pour honorer la personnalité de l\'année. En 2015, c\'est Colin Davidson qui relève le défi pour frapper le regard des lecteurs. Aux yeux de la rédactrice en chef Nancy Gibbs, Angela Merkel, 61 ans, est apparue comme une «actrice indispensable» dans les soubresauts qui ont traversé le Vieux Continent dernièrement. «Parce qu\'elle a demandé plus à son pays que la plupart des responsables politiques n\'auraient osé, parce qu\'elle est restée ferme face à la tyrannie et l\'opportunisme et parce qu\'elle a fait preuve d\'un leadership moral inébranlable, dans un monde qui en manque, Angela Merkel est la personnalité de l\'année de Time», écrit Nancy Gibbs. A Berlin, le porte-parole de la chancelière Steffan Seibert s\'est dit certain qu\'Angela Merkel prendrait cette récompense «comme un encouragement à poursuivre son travail», alors que sa décision d\'accueillir de nombreux migrants a été critiquée par ses compatriotes, y compris dans son camp. Depuis le début de l\'année, l\'Allemagne a reçu sur son sol près d\'un million de migrants. Sur le podium de l\'hebdomadaire d\'information américain, Mme Merkel devance le chef de l\'organisation djihadiste Abou Bakr al Baghdadi, deuxième, et le candidat à l\'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2016 Donald Trump, qui finit en troisième position. Un palmarès qui peut surprendre mais comme l\'explique Nancy Gibbs, à «Time, rien n’est impossible. Nous avons désigné de grands méchants par le passé», rappelant qu’Adolf Hitler avait été nommé personnalité de l’année en 1938.
Comme auparavant ont été sollicités Marc Chagall, Roy Lichtenstein ou Andy Warhol, la direction de «Time» a fait appel à un artiste peintre pour honorer la personnalité de l'année. En 2015, c'est Colin Davidson qui relève le défi pour frapper le regard des lecteurs. Aux yeux de la rédactrice en chef Nancy Gibbs, Angela Merkel, 61 ans, est apparue comme une «actrice indispensable» dans les soubresauts qui ont traversé le Vieux Continent dernièrement. «Parce qu'elle a demandé plus à son pays que la plupart des responsables politiques n'auraient osé, parce qu'elle est restée ferme face à la tyrannie et l'opportunisme et parce qu'elle a fait preuve d'un leadership moral inébranlable, dans un monde qui en manque, Angela Merkel est la personnalité de l'année de Time», écrit Nancy Gibbs. A Berlin, le porte-parole de la chancelière Steffan Seibert s'est dit certain qu'Angela Merkel prendrait cette récompense «comme un encouragement à poursuivre son travail», alors que sa décision d'accueillir de nombreux migrants a été critiquée par ses compatriotes, y compris dans son camp. Depuis le début de l'année, l'Allemagne a reçu sur son sol près d'un million de migrants. Sur le podium de l'hebdomadaire d'information américain, Mme Merkel devance le chef de l'organisation djihadiste Abou Bakr al Baghdadi, deuxième, et le candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2016 Donald Trump, qui finit en troisième position. Un palmarès qui peut surprendre mais comme l'explique Nancy Gibbs, à «Time, rien n’est impossible. Nous avons désigné de grands méchants par le passé», rappelant qu’Adolf Hitler avait été nommé personnalité de l’année en 1938. (HO / TIME / AFP)
Le portrait peint à l'huile de Angela Merkel fait la une du magazine «Time».
Comme auparavant ont été sollicités Marc Chagall, Roy Lichtenstein ou Andy Warhol, la direction de «Time» a fait appel à un artiste peintre pour honorer la personnalité de l'année. En 2015, c'est Colin Davidson qui relève le défi pour frapper le regard des lecteurs. Aux yeux de la rédactrice en chef Nancy Gibbs, Angela Merkel, 61 ans, est apparue comme une «actrice indispensable» dans les soubresauts qui ont traversé le Vieux Continent dernièrement. «Parce qu'elle a demandé plus à son pays que la plupart des responsables politiques n'auraient osé, parce qu'elle est restée ferme face à la tyrannie et l'opportunisme et parce qu'elle a fait preuve d'un leadership moral inébranlable, dans un monde qui en manque, Angela Merkel est la personnalité de l'année de Time», écrit Nancy Gibbs. A Berlin, le porte-parole de la chancelière Steffan Seibert s'est dit certain qu'Angela Merkel prendrait cette récompense «comme un encouragement à poursuivre son travail», alors que sa décision d'accueillir de nombreux migrants a été critiquée par ses compatriotes, y compris dans son camp. Depuis le début de l'année, l'Allemagne a reçu sur son sol près d'un million de migrants. Sur le podium de l'hebdomadaire d'information américain, Mme Merkel devance le chef de l'organisation djihadiste Abou Bakr al Baghdadi, deuxième, et le candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2016 Donald Trump, qui finit en troisième position. Un palmarès qui peut surprendre mais comme l'explique Nancy Gibbs, à «Time, rien n’est impossible. Nous avons désigné de grands méchants par le passé», rappelant qu’Adolf Hitler avait été nommé personnalité de l’année en 1938.