En Allemagne, l'abonnement mensuel à 9 euros pour les transports en commun divise, entre "prix exagéré" et "économies"

Le nouveau gouvernement allemand propose un abonnement mensuel au tarif très réduit pour inciter les habitants à laisser leur voiture au garage et compenser la hausse des prix des énergies.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photomontage d'un billet pour un abonnement mensuel à 9 euros dans les transports en commun allemands, le 26 mai 2022. (FRANKHOERMANN/SVEN SIMON / SVEN SIMON / AFP)

Neuf euros pour voyager pendant un mois dans toute l'Allemagne et dans tous les transports en commun : voilà l'initiative prise par le nouveau gouvernement allemand. Dès le 1er juin, cet abonnement mensuel entrera en vigueur, avec pour objectif de lutter contre le changement climatique mais aussi de proposer une solution plus économique à la voiture. Les Allemands pourront en profiter pendant trois mois, hors grandes lignes et trains à grande vitesse. 

"Cela ne vaut plus la peine d'utiliser sa voiture ! J'économise, c'est super", se félicite à la gare centrale de Berlin un Allemand qui a tout de suite adopté l'abonnement. Pour cet autre utilisateur, en revanche, le jeu n'en vaut pas la chandelle. "Les trains au départ de Berlin pour la mer Baltique sont généralement bondés en été et les toilettes sont pleines. Je trouve le prix exagéré." Pourtant, avec des carburants toujours plus chers - plus de 2 euros le litre actuellement outre-Rhin - l'offre est imbattable.

"Je l’achète parce qu’il est vraiment avantageux et cela même si pour un seul voyage à travers toute la République, cela doit me prendre un peu plus de temps."

Une Allemande rencontrée à la gare centrale de Berlin

à franceinfo

Pour faire face à une potentielle augmentation du nombre de voyageurs, la Deutsche Bahn a prévu d’ajouter 50 trains par jour. Mais elle ignore encore quel sera vraiment l’affluence à bord. Mettre en place cette initiative en pleine période estivale est une erreur, selon certains utilisateurs des transports en commun. "Ce n'est pas le bon moment. Ça aurait eu plus de sens en hiver. En été, beaucoup n’en profiteront pas."

Pour certains, il s'agit même d'une fausse incitation écologique voire d'une mauvaise utilisation de l'argent public, la mesure ayant coûté 2,5 milliards d'euros. Pourtant, lors de la mise en vente des premiers abonnement pour le mois de juin, une semaine plus tôt, le site web n’a pas tenu et les distributeurs dans les gares ont été pris d’assaut.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Allemagne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.