Allemagne : un infirmier condamné à la perpétuité pour 85 meurtres de patients en cinq ans

La police le suspecte d'en avoir tué au total jusqu'à 200.

Niels Högel à son procès, le 6 juin 2019, à Oldenbourg (Allemagne).
Niels Högel à son procès, le 6 juin 2019, à Oldenbourg (Allemagne). (HAUKE-CHRISTIAN DIITRICH / REUTERS)

Il est l'un des pires tueurs en série de l'histoire récente. Un infirmier allemand de 42 ans a été reconnu coupable, jeudi 6 juin, d'avoir commis 85 meurtres dans des hôpitaux où il a travaillé dans le nord-est du pays entre 2000 et 2005. Le tribunal d'Oldenbourg l'a condamné à la perpétuité, assortie d'une période de sûreté.

La police suspecte Niels Högel, déjà condamné pour six meurtres, d'avoir tué au total jusqu'à 200 patients des hôpitaux d'Oldenbourg et de Delmenhorst par injection médicamenteuse. Ces affaires ne pourront toutefois plus être éclaircies, notamment car les corps d'un grand nombre de victimes ont été incinérés.

L'accusé dit sa "honte" et ses "remords"

"Je veux sincèrement m'excuser auprès de chacun pour tout le mal que je vous ai fait pendant toutes ces années", avait-il déclaré, mercredi, à l'adresse des proches des victimes. Il s'est dit "jour et nuit" poursuivi par la "honte" et "les remords". Par désir maladif de briller, dépendant aux analgésiques, il provoquait des arrêts cardiaques chez ses patients, choisis arbitrairement. Ils tentaient ensuite de les réanimer, le plus souvent sans succès.

L'ampleur de l'affaire, dont la justice a tardé à s'occuper, a soulevé en Allemagne la question de la responsabilité des hôpitaux, accusés de n'avoir pas réagi malgré la surmortalité constatée lorsque l'infirmier était de service. Dix anciens collègues font désormais l'objet d'enquêtes pour parjure ou faux témoignage. Un procès contre des responsables des deux hôpitaux aura lieu plus tard, avec Niels Högel comme témoin.