Cet article date de plus de deux ans.

Allemagne : des milliers de manifestants anti-charbon fêtent leur victoire dans la forêt de Hambach

Cette forêt, située près d'Aix-la-Chapelle, est devenue le symbole de la lutte contre les énergies fossiles. Elle vient d'être sauvée du déboisement, provisoirement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants rassemblés à Hambach (Allemagne), le 6 octobre 2018, pour fêter le sauvetage provisoire d'une forêt menacée de déboisement par l'industrie du charbon. (CHRISTOPHE GATEAU / DPA / AFP)

Une fête en pleine nature, en musique, sous un ciel bleu et avec des températures dignes d'un été indien. Des milliers de manifestants ont investi, samedi 6 octobre, la forêt d'Hambach, située dans l'ouest de l'Allemagne, près d'Aix-la-Chapelle, pour célébrer leur victoire. Ce bois, devenu le symbole de la lutte contre les énergies fossiles en Allemagne, vient d'être sauvée provisoirement du déboisement.

Les associations environnementales Greenpeace et Bund ont estimé à 50 000 le nombre de participants à la manifestation. Le "plus gros rassemblement anti-charbon jamais vu" dans la région, selon elles. De son côté, la police, présente en nombre dans ce bois, n'a pas donné de chiffres.

Vendredi, la Cour régionale administrative de Münster a estimé que RWE, le géant allemand de l'énergie, n'avait "pas le droit de déboiser la forêt de Hambach" tant que la justice n'aura pas examiné le recours déposé sur le fond par l'organisation écologiste allemande Bund. Soit d'ici 2020, selon RWE.

Une victoire pour les militants écologistes venus défendre les quelque 200 hectares restant de ce bois, dont 3 900 hectares ont déjà été défrichés par RWE pour sa mine, symbole des tensions autour de la dépendance allemande au charbon brun, extrait à ciel ouvert sur de vastes surfaces. Plusieurs dizaines d'entre eux s'étaient installés dans des cabanes dans les arbres depuis six ans, parfois à plus de 15 mètres de haut, et avaient été délogés ces dernières semaines par la police.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.