Allemagne : Angela Merkel s'est rendue auprès des sinistrés après les inondations meurtrières

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Allemagne : Angela Merkel s'est rendue auprès des sinistrés après les inondations meurtrières
franceinfo
Article rédigé par
A.-C. Poignard, M. Septembre, M. Lavielle, S. Ripaud - franceinfo
France Télévisions

De dramatiques inondations ont frappé l'Allemagne cette semaine, de nombreuses localités ont été dévastées et les habitants sont sous le choc. Angela Merkel s'est rendue sur place, dimanche 18 juillet.

Schuld est une des villes allemandes les plus gravement touchées par les inondations meurtrières des derniers jours. Nombreux sont les sinistrés. Alors Angela Merkel, de retour d'un voyage aux États-Unis, s'est rendue auprès d'eux, alors qu'elle avait découvert l'ampleur des crues de l'autre côté de l'Atlantique. Elle n'a pu que constater la catastrophe. "La situation est surréaliste, c'est fantomatique, choquant. La langue allemande a à peine les mots pour décrire ce désastre", a commenté la chancelière.

De nouvelles zones touchées par les eaux

Une aide d'urgence d'au moins 300 millions d'euros doit être discutée la semaine prochaine. Les inondations ont fait des dizaines de morts et de disparus. À Sinzig, la crue a surpris en pleine nuit les occupants d'une résidence pour personnes handicapées. Un seul membre du personnel était présent. "Les personnes qui vivent ici ont besoin de gens pour les aider à se lever, pour les aider à s'habiller. En temps normal, il y a 20, 25 personnes pour s'occuper d'elles. Là, il n'y avait aucune chance", commente un habitant. 12 des 35 résidents n'ont pas survécu. Dans les rues voisines, la solidarité entre voisins s'organise. Si dans l'ouest de l'Allemagne, la décrue est entamée, dans le sud, comme en Bavière, la situation s'est brutalement dégradée dans la soirée du samedi 17. Les crues soudaines ont fait une nouvelle victime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Allemagne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.