Allemagne : les faveurs accordées au lait français ne passent pas

Dans un courrier à la Commission Européenne, la fédération allemande de l'industrie laitière dénonce les mesures prises en France pour soutenir l'industrie du lait, et notamment la préférence nationale.

(Les laitiers allemands ne digèrent pas la préférence nationale accordée aux éleveurs français © MAXPPP)

La préférence accordée au lait français ne passe pas Outre-Rhin. La fédération allemande de l'industrie laitière MIV adresse ce lundi un courrier à la Commission Européenne. La lettre dénonce certaine mesures prises par Paris la semaine dernière pour soutenir les éleveurs , et notamment une préférence nationale accordée au lait français.

Les professionnels allemands, confrontés eux aussi à la dégringolade du prix du lait, contestent cette préférence à laquelle s'est engagée la filière sous la houlette du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll la semaine dernière. Pour eux, celle-ci est contraire aux règles du marché unique et de la libre-concurrence.

En Allemagne aussi l'industrie du lait est en souffrance - explications signées Nathalie Versieux
--'--
--'--

Des disposition "inacceptables"

Vendredi, Stéphane Le Foll a annoncé à l'issue d'une réunion de crise avec producteurs, industriels et distributeurs, avoir obtenu un accord de toutes les parties pour un prix minimum de 34 centimes le litre et pour "favoriser la production française ".

Pour le directeur général de la MIV, Eckard Heuser, ces dispositions sont "inacceptables ", et "ce sera à la Commission de décider si elle ouvre une enquête ". La fédération s'insurge également dans ce courrier contre les blocages ce lundi à la frontière franco-allemande de camions de denrées agro-alimentaires venant d'Allemagne.

A LIRE AUSSI :

►►►Crise de l'élevage : la filière du lait s'accorde sur un prix de vente minimum

"Un boycott de facto pour les produits allemands"

Un appel compris en Allemagne comme "un boycott de facto pour les produits allemands ", selon un communiqué de la MIV. "Autant nous comprenons le courroux des agriculteurs au vu des prix trop bas, autant des mesures anti-concurrentielles ne peuvent pas constituer le remède ", poursuit le communiqué.

Le MIV représente une centaine de producteurs laitiers et laiteries, représentant un chiffre d'affaires annuel cumulé de 26 milliards d'euros.

Comme en France, la fin au printemps du système européen de quotas de production et la chute des exportations en direction de la Russie ont mis le prix du lait en Allemagne sous intense pression. De premières manifestations de producteurs ont eu lieu dans le pays vendredi, et un blocus de la ville de Munich est prévu début septembre.