Crise de l'élevage : la filière du lait s'accorde sur un prix de vente minimum

Les producteurs, industriels et distributeurs de lait réunis vendredi matin autour de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, se sont entendus pour une revalorisation des prix du lait. Les 1.000 litres ne pourront pas être vendus en dessous de 340 euros.

(A Roanne (42), les producteurs ont récupéré dans les supermarchés des briques de lait étrangères et les ont distribuées sur la voie publique pour protester contre la faiblesse des prix à la vente © MaxPPP)

340 euros les 1.000 litres : la filière du lait s'est accordée sur un prix de vente minimum pour éviter aux agriculteurs de vendre leur lait à perte. Xavier Beulin, le président de la FNSEA, a annoncé cette décision à l'issue d'une réunion vendredi matin de trois heures autour du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. Producteurs, industriels et distributeurs étaient présents.

Mais les professionnels sont conscients qu'il ne s'agit que d'un début de sortie de crise : "On ne règle pas to us les problèmes aujourd'hui, la crise est européenne ", a déclaré Thierry Roquefeuil, président de la Fédération des producteurs de lait.

"On était conscients d’une chose : c’est qu’on ne sortirait pas de la crise avec cette table ronde", Thierry Roquefeuil, président de la Fédération des producteurs de lait.
--'--
--'--

Cette revalorisation se traduira par une augmentation des prix à la vente. Elle pourra aller jusqu'à quatre centimes par litre et sera effective jusqu'en décembre. 

A LIRE AUSSI ►►►Expliquez-nous...la crise du lait.

Conseil des ministres de l'Agriculture européens en septembre prochain

C'est dans cet état d'esprit que Stéphane Le Foll a annoncé la tenue d'un conseil rassemblant ses homologues européens. Les ministres de l'agriculture de l'Union européenne se réuniront le 7 septembre prochain. 

"Les objectifs pour la France" de Stéphane Le Foll, Ministre de l'agriculture : "demander une revalorisation du prix du lait à l’échelle européenne et favoriser la production française"
--'--
--'--

Quelques blocages subsistent pour maintenir la pression

Si la plupart des barrages sont levés, les agriculteurs maintiennent la pression ça et là. Quelques laiteries sont encore bloquées dans l'Ouest et sur l'A64, au sud de Toulouse, le péage est gratuit jusqu'en fin d'après-midi. A Guéret, dans la Creuse, 120 manifestants neutralisent toujours cinq ronds-points de la ville.

Xavier Beulin a appelé ses collègues "à faire preuve de discernement et de pondération. Nous ne souhaitons pas ennuyer nos concitoyens qui prennent la voiture pour partir en vacances ", a t-il ajouté. 

"Nous mettons sous surveillance les entreprises qui ne jouent pas le jeu, le message a été entendu. Chacun doit prendre ses responsabilités" Xavier Beulin, président de la FNSEA
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►►Les éleveurs bovins arrachent une revalorisation des prix de leur viande

Les industriels du lait ont eux aussi réagi. Ils ont prévenu que garantir un prix minimum d'achat est "impossible " et ont rappelé que l'accord "exclu une part importante des produits laitiers ". Il ne s'applique qu'aux marques distributeurs et aux premiers prix.