Sur Twitter, on rit des écoutes de la NSA

Sous le hashtag #WikiLeaksElysee, les internautes s'amusent des trois présidents français espionnés par l'agence de sécurité américaine. 

François Hollande et Barack Obama discutent, le 6 juin 2014, lors du 70e anniversaire du débarquement américain en Normandie. 
François Hollande et Barack Obama discutent, le 6 juin 2014, lors du 70e anniversaire du débarquement américain en Normandie.  (ALAIN JOCARD / AFP)

Trois présidents écoutés et trois présidents moqués. Sur Twitter, les blagues circulent sous le hashtag #WikiLeaksElysee après la divulgation, mardi 23 juin, de documents révélant que l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) a espionné Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Sélection. 

Ceux qui s'amusent du contenu des écoutes

La NSA a écouté des conversations de présidents français. Et si elle avait étendu cette pratique à d'autres responsables politiques ? C'est ce qu'imagine une internaute, pensant à Patrick Balkany qui avait fermé son compte Twitter après avoir publié un tweet sur le report de la galette des rois en raison des attentats contre Charlie Hebdo. Cela avait provoqué de nombreuses railleries sur Twitter, raconte Le Lab

(traduction : "- John, qu'y a-t-il dans le dossier "report de la galette des rois de Levallois-Perret ? - C'est classé, Jack. Sale affaire.")

Ceux qui imaginent la réaction d'Obama

Ceux qui se moquent des présidents français

Dans le cadre de l'enquête sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007, les juges ont écouté ses conversations téléphoniques. Les enquêteurs ont notamment appris que l'ancien président avait ouvert une ligne téléphonique au nom de Paul Bismuth. Depuis, la blague revient souvent sur les réseaux sociaux. 

Autre source de rigolade, la référence à Patrick Buisson. En 2014, la presse révèle que l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a réalisé des enregistrements clandestins à l'Elysée.