Cet article date de plus de trois ans.

Indépendance de la Catalogne : bâton, hymne, drapeau… Trois choses à savoir sur les symboles de la région

A l'annonce de la déclaration d'indépendance, vendredi, des centaines de maires munis d'un bâton sont venus entonner l'hymne catalan à Barcelone. Franceinfo fait le point sur ces gestes symboliques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une foule réunie à Barcelone célèbre la déclaration d'indépendance de la Catalogne, le 27 octobre 2017. (PAU BARRENA / AFP)

Scène de liesse à Barcelone après la déclaration d'indépendance de la Catalogne. Le Parlement catalan a adopté, vendredi 27 octobre, la résolution constituant la région comme "Etat indépendant prenant la forme d'une République", par 70 voix sur 135. Plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont réunis aux abords du bâtiment pour célébrer ce vote historique. Franceinfo revient sur trois symboles des indépendantistes catalans.

>> DIRECT. Indépendance de la Catalogne : Madrid prêt à mettre la région sous tutelle

Le bâton des maires

Après le vote du Parlement catalan, des centaines de maires indépendantistes ont brandi leurs bâtons dans l'enceinte du bâtiment. Ce bâton est l'équivalent de l'écharpe tricolore en France. Il symbolise la fonction de l'élu. "Ce bâton de commandement se transmet à chaque passation de pouvoir", explique Le Monde.

Son origine remonte au XVIIe siècle, rappelle Sud Ouest. A l'époque, la guerre franco-espagnole, déclenchée en 1635, fait rage. Et pour la financer, Madrid impose de fortes taxes. En 1640, des centaines de paysans catalans se révoltent. Ils marchent sur Barcelone armés de leurs bâtons. Le rassemblement tourne à l'émeute et se solde par la mort d'un paysan. En représailles, le vice-roi de Catalogne est tué. Commence alors "la guerre des faucheurs" entre le pouvoir central et les paysans catalans. Le symbole est resté.

L'hymne catalan

Els Segadors ("les moissonneurs"), devenu l'hymne catalan, raconte justement cette période de l'histoire de la région. "Catalogne triomphante / Redeviendra riche et abondante / En arrière ces gens / Si orgueilleux et si sûrs d’eux / De bons coups de faux / De bons coups de faux, défenseurs de la terre / De bons coups de faux."

Mais l'hymne a été composé en 1899. "Cette chanson fait allusion à la révolte de 1640, rapidement écrasée par Madrid, explique à franceinfo l'historien Benoît Pellistrandi. Ce n'est pas du tout un hymne du XVIIe siècle, mais les Catalans reprennent un épisode de division entre l'Espagne et leur région pour réaliser un hymne qui marche très bien. Dans le discours nationaliste, ce qui compte, ce sont les chocs avec Madrid. L'idée est que l'Espagne est une puissance extérieure qui brime la Catalogne."

Le drapeau indépendantiste catalan

Autre symbole fort : le drapeau catalan, appelé l'estelada ("l'étoilée"). Apparu au XXe siècle, il symbolise l'aspiration à l'indépendance. Il est inspiré du drapeau officiel de la Catalogne, la senyera, avec les bandes rouges et jaunes, auquel a été ajoutée une étoile blanche dans un triangle bleu, raconte Géopolis.


Le drapeau catalan indépendantiste à Barcelone, le 26 octobre 2017. (PAU BARRENA / AFP)

Ce drapeau a été créé par le militant Vicenç Albert Ballester (1872-1938), selon El Pais (en espagnol). L'étoile s’inspire des drapeaux de Cuba et Porto Rico, deux anciennes colonies de l’Espagne. Une version antérieure faisait apparaître l’étoile au centre. Celle qui est utilisée aujourd’hui est née pendant la campagne pour l’indépendance de 1918.

Quant aux couleurs rouge et jaune, elles trouveraient leurs origines dans une légende, raconte Le Journal catalan. Au IXe siècle, le roi Charles II le Chauve se serait rendu au chevet de son vassal Guifred le Velu, premier comte de Catalogne, à l’agonie après un duel. En guise de dernières volontés, Guifred aurait demandé au roi un signe de l’unification de son peuple. Charles II le Chauve aurait alors trempé ses doigts dans la plaie du mourant et tracé quatre bandes ensanglantées sur un bouclier doré qui se trouvait à ses côtés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.