Cet article date de plus de six ans.

Catalogne : visé par un mandat d'arrêt européen, Carles Puigdemont est toujours libre en Belgique

Le président catalan destitué et quatre de ses anciens ministres ont été laissés en liberté sous conditions, dans l'attente de l'examen des mandats d'arrêt émis par l'Espagne à leur encontre.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président catalan destitué, Carles Puigdemont, dimanche 5 novembre 2017 lors de son audition par un juge d'instruction à Bruxelles (Belgique). (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP)

Libres, mais en sursis. Visés par un mandat d'arrêt européen émis par l'Espagne, le président catalan destitué Carles Puigdemont et quatre de ses anciens ministres sont finalement ressortis libres du bureau d'un juge d'instruction belge au terme d'une longue journée d'audition, dimanche 5 novembre.

Conformément aux réquisitions du parquet de Bruxelles, les cinq Catalans réfugiés en Belgique depuis une semaine ont été laissés en liberté sous conditions dans l'attente de l'examen des mandats d'arrêt émis par l'Espagne à leur encontre.

Interdiction de quitter la Belgique

Les responsables catalans ont interdiction de quitter le territoire belge, doivent avoir une adresse fixe et devront se présenter "personnellement" à toute convocation de la justice et de la police, a précisé le parquet de Bruxelles. Il revient maintenant à une autre juridiction, la chambre du conseil, de se prononcer sur l'exécution du mandat d'arrêt, dans les 15 prochains jours. Les cinq dirigeants séparatistes sont depuis vendredi soir sous le coup d'un mandat d'arrêt européen émis par la justice espagnole devant laquelle ils ont refusé de comparaître.

Une juge d'instruction espagnole a émis ces mandats pour "rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l'autorité", une semaine après la proclamation de la "République de Catalogne", restée sans effet et aussitôt suivie d'une mise sous tutelle de la région par Madrid.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.