Les indignés aux portes des grandes villes espagnoles

Les résultats des élections locales bouleversent le paysage politique espagnol. Les indignés sont aux portes de Madrid et Barcelone. France 2 revient sur cette victoire historique.

FRANCE 2

Deux femmes pourraient diriger les deux plus grandes villes espagnoles, telle est la conclusion des éléctions régionales et municipales de dimanche 24 mai en Espagne. C'est un coup de semonce, un signal qui marque la fin du bipartisme comme dans d'autres pays européens. Ils sont à la fête, ils ont infligé une sévère sanction à la droite au pouvoir. Ces jeunes ont voté pour Podemos, le mouvement de la gauche radicale. La grande gagnante s'appelle Ada Colau. A 41 ans, elle est en passe de devenir la maire de Barcelone.

Un grand changement démocratique

Candidate d'une liste de gauche soutenue par Podemos, elle est connue pour son combat pour le droit au logement des plus pauvres. "Mon objectif prioritaire est qu'il n'y ait plus de citoyens de première et de seconde zone", expliquait-elle hier, après sa victoire.

Etudiante en philosophie, militante anti-mondialisation, elle est novice en politique. Elle a surtout travaillé dans le milieu associatif et jamais touché de salaire supérieur à 1 500 euros. Elle veut faire de Barcelone le fer de lance d'un changement démocratique. A Madrid, la liste très à gauche de Manuela Carmena est arrivée deuxième derrière le parti populaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des partisans d\'Ada Colau, candidate aux élections municipales de Barcelone (Espagne) pour la liste soutenue par Podemos, le 24 mai 2015.
Des partisans d'Ada Colau, candidate aux élections municipales de Barcelone (Espagne) pour la liste soutenue par Podemos, le 24 mai 2015. (QUIQUE GARCIA / AFP)