Zones à faibles émissions assouplies : "Le gouvernement n'a rien compris", critique Respire

Face aux annonces du ministère de l'Ecologie pour assouplir les restrictions des Zones à faibles émissions dans plusieurs métropoles, l'association Respire fait part de sa colère. Pour le président de Respire, "la qualité de l'air ne s'améliore pas en France".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Un panneau indiquant l'entrée dans la ZFE de la métropole de Marseille (photo d'illustration). (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

"Ils n'ont rien compris", critique ce lundi sur franceinfo le directeur de l'association Respire Tony Renucci. Le ministère de la Transition écologique prépare des mesures "d'acceptabilité sociale" des Zones à faibles émissions (ZFE) après avoir d'ores et déjà annoncé ce lundi que les métropoles de Toulouse, Grenoble et Reims, où la qualité de l'air s'est améliorée en 2022, étaient dispensées de renforcer les restrictions de circulation.

>>> Calendrier, contrôle, périmètre, dérogations : où en est la mise en place des ZFE en France ?

"La qualité de l'air s'améliore, mais elle est mauvaise en France", rappelle Tony Renucci. "Il y a des gens qui meurent chaque année. On ne peut pas annoncer qu'on a respecté des seuils d'émission alors qu'ils sont beaucoup trop élevés par rapport à l'urgence sanitaire et qu'ils sont même en cours de révision par l'Union européenne."

Les nouvelles mesures annoncées vont-elles rendre les ZFE plus populaires ?

Tony Renucci : Je pense surtout que les mesures annoncées enterrent les ZFE. Ce qui a été annoncé, c'est un renoncement. En plus, c'est très hypocrite. On ne peut pas annoncer qu'on a respecté des seuils d'émission alors qu'on sait aujourd'hui qu'ils sont beaucoup trop élevés par rapport à l'urgence sanitaire et qu'ils sont même en cours de révision par l'Union européenne.

Soit le gouvernement ne connaît pas du tout le sujet, soit il le fait en connaissance de cause et donc, dans ce cas, c'est un renoncement hypocrite et même dangereux pour la santé publique. Je pense que c'est un scandale.

Vous dénoncez une sorte d'amateurisme de la part de l'Etat et de ceux qui ont fait ce rapport ?

Ils n'ont rien compris à l'urgence de la qualité de l'air. Ce n'est pas sérieux, d'autant plus que j'étais membre de ce comité ZFE. Je suis donc vraiment surpris de voir ce qui en sort. Je pense que c'est juste une mesure de complaisance, peut-être pour soigner la popularité. En-tout-cas, ça n'est pas une mesure de santé publique ni d'amélioration de la qualité de l'air.

On ne peut pas donner un message contre-productif qui laisse à penser qu'il n'y a plus besoin de faire d'efforts parce que la situation s'améliore. Non, il y a des gens qui meurent chaque année, il y a des maladies.

Les dérogations pour les petits rouleurs, ça ne va pas dans le bon sens pour vous ?

Pris isolément, ça pouvait tout à fait s'entendre. L'association Respire l'avait déjà proposé dans son Livre blanc, mais en demandant en complément d'autres mesures de restriction de circulation. Il fallait aborder les sujets qui fâchent, sur le calendrier, sur la révision des vignettes Crit'Air, sur la stratégie industrielle, notamment en termes de véhicules électriques intermédiaires.

Mais là, vous vous rendez compte du message qu'on envoie à la population ? C'est une façon de dire qu'il n'y a plus besoin de faire des efforts et que tout va bien. Ce n'est pas du tout le cas ! La qualité de l'air est mauvaise en France. Elle s'améliore, mais elle est mauvaise. C'est complètement contre-productif. Je ne comprends pas ces annonces.

Le doublement de l'aide aux personnes les plus modestes est-il également incohérent ou insuffisant, selon vous ?

Non, c'est bien ! Tout ce qui permet d'améliorer les aides et de permettre la reconversion ira dans le bon sens. Ça, je ne critique pas. Mais on ne va pas juste augmenter les aides si à côté, on n'a pas des mesures qui encouragent soit au changement de véhicule soit au changement de mobilité. C'est ça la lutte contre la pollution. Ce n'est pas juste donner des aides. Là, il n'y a pas de cohérence, pas de stratégie, pas de cap.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.