Sri Lanka : une enquête ouverte après l'incendie sur un porte-conteneurs et la pollution du littoral

Les autorités pensent qu'une fuite d'acide nitrique est à l'origine du sinistre, et que l'équipage était au courant de cette avarie depuis plusieurs semaines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le "MV X-Press Pearl", porte-conteneurs immatriculé à Singapour, pris en photo par les forces aériennes sri-lankaises, le 29 mai 2021. (ARMEE DE L'AIR DU SRI LANKA)

Une enquête a été lancée au Sri Lanka, dimanche 30 mai, afin de tirer au clair l'incendie d'un porte-conteneurs au large de ses côtes. Les autorités ont également annoncé qu'elles allaient attaquer en justice l'armateur de ce porte-conteneurs, qui continue de brûler devant le port de Colombo et a d'ores et déjà provoqué l'une des plus graves pollutions marines de l'histoire du pays. Des millions de granulés de polyéthylène, destinés à l'industrie de l'emballage, se sont échappés de la cargaison du navire et se sont déversés sur le littoral. 

Le MV X-Press Pearl, porte-conteneurs immatriculé à Singapour, se rendait du Gujarat, en Inde, à Colombo. Un incendie s'est déclaré à bord il y a onze jours. Les 25 membres d'équipage, qui ont déjà été évacués, seront interrogés lundi dans le cadre de cette enquête ouverte après une plainte de l'Autorité de protection de l'environnement marin du Sri Lanka (Mepa), a annoncé la police.

Des militaires sri-lankais nettoient les plages souillées par du plastique, le 30 mai 2021, dans les environs de la capitale Colombo.  (LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP)

La semaine dernière, les autorités ont affirmé qu'elles pensaient que l'incendie avait été provoqué par une fuite d'acide nitrique dont l'équipage était conscient depuis le 11 mai. "Le capitaine et l'équipage sont en quarantaine, mais les autorités sanitaires nous ont dit que nous pouvions les interroger demain, a déclaré le porte-parole de la police, Ajith Rohana. Nous avons envoyé pour analyse des échantillons d'eau de mer polluée et des débris brûlés du bateau."

Si l'incendie se poursuit, les autorités et l'opérateur du navire ont affirmé qu'il était sous contrôle. Le propriétaire du bateau, la compagnie X-Press Feeders, affirme que sa coque est intacte et que ses réservoirs de carburant ne sont pas touchés. L'essentiel de la cargaison, qui inclut 25 tonnes d'acide nitrique, de la soude caustique, des lubrifiants et d'autres produits chimiques, semble avoir été détruit par les flammes, selon les autorités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.