Selon Ségolène Royal, les gaz de schiste "ne sont plus d'actualité"

La ministre de l'Ecologie réagit à un article du "Figaro", mardi, qui fait état d'un rapport qui conclut à la faisabilité de leur exploitation, mais qui a été "enterré" par le gouvernement

La ministre de l\'Ecologie, Ségolène Royal, à Paris, le 2 avril 2015. 
La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, à Paris, le 2 avril 2015.  ( MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Réponse au Figaro : rien à cacher." Ségolène Royal a indiqué, sur son compte Twitter, que "les gaz de schiste ne sont plus d'actualité", après un article du journal, en date du mardi 7 avril, faisant état d'un rapport sur le sujet commandé par Arnaud Montebourg mais enterré par le gouvernement.

"Faisons la transition énergétique. Investissons ENR [énergies renouvelables]." "Je refuse toutes les demandes d'autorisation de forage pour gaz de schiste malgré la pression de lobbies canadiens", poursuit la ministre dans un autre tweet. "Développons la géothermie", ajoute-t-elle. 

"Pas sans danger pour le climat"

Selon Le Figaro, ce rapport sur le gaz de schiste en France, commandé en 2012 par le ministre du Redressement productif de l'époque, conclut à la faisabilité de son exploitation sans recourir à la fracturation hydraulique polluante. Il préconise ainsi d'utiliser la technologie de stimulation au fluoropropane. 

Toutefois, si le fluoropropane est "sans danger pour la couche d'ozone", en cas de fuite, il n'est "pas sans danger pour le climat" car il participe à l'effet de serre, comme le soulignait l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, en 2013.