VIDEO. Le candidat Macron s'était engagé à ne pas revenir sur l'interdiction des pesticides nocifs pour les abeilles

Emmanuel Macron avait fait cette promesse le 9 février 2017, lors d'un entretien avec l'organisation de protection de la nature WWF.


VIDÉO - Quand Emmanuel Macron s'engageait à... par LeLab_E1
LE LAB EUROPE 1
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, envisage, comme l'a révélé BFMTV lundi 26 juin, de revenir sur l'interdiction des néonicotinoïdes, des pesticides tueurs d'abeilles, applicable à partir de septembre 2018. Contradiction ou pas ? Le 9 février dernier, lors d'un entretien avec l'organisation de protection de la nature WWF, Emmanuel Macron s'était engagé à ne pas revenir sur l'interdiction de ces pesticides en 2020, comme le montre cette vidéo du Lab d'Europe 1.

Les députés ont voté en 2016 l'interdiction à partir de 2018 des néonicotinoïdes, accusés notamment de tuer les colonies d'abeilles, des dérogations restant possibles jusqu'en 2020.

"Est-ce que vous revenez sur la règle ?" "Non"

Ce 9 février, le directeur général de l'ONG environnementale WWF, Pascal Canfin, pose au candidat d'En marche ! une "question très précise sur les néonicotinoïdes" : "Est-ce que vous revenez sur la règle actuelle, c’est-à-dire l’interdiction en 2020 ?" "Non", répond Emmanuel Macron. "Est-ce que vous la confirmez ?", relance Pascal Canfin. "Oui", assure le futur président de la République.

Est-ce un couac gouvernemental ? Alors que Stéphane Travert entend revenir sur la loi française votée en 2016, qui interdit ces pesticides toxiques pour les abeilles à partir de septembre 2018, son collègue à la Transition écologique, Nicolas Hulot,  affirme que "les interdictions de néonicotinoïdes", notamment, "ne seront pas levées" et que "les arbitrages ont été rendus en ce sens".

Emmanuel Macron sur le perron de l\'Elysée le 26 juin 2017.
Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée le 26 juin 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)