Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Dans certaines plantations de cacao en Côte d'Ivoire, des enfants manipulent du glyphosate sans protection

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
VIDEO. Dans les plantations clandestines de cacao en Côte d'Ivoire, des enfants manipulent du glyphosate sans protection
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans la forêt tropicale de Côte d'Ivoire, le journaliste Paul Moreira a croisé de nombreux enfants sur le chemin des plantations de cacao. Loin de leurs parents, non scolarisés, ils manipulent sans protection des herbicides comme le glyphosate, qui accélèrent la déforestation. Extrait d'"Envoyé spécial".

Des enfants parfois très jeunes, avec des pulvérisateurs sur le dos. Lors de son enquête en Côte d'Ivoire, le journaliste Paul Moreira en a croisé beaucoup sur le chemin des plantations de cacao. L'industrie du chocolat s'est engagée en 2001 à lutter contre le travail des enfants, et la Côte d'Ivoire a fourni de réels efforts, sans réussir à endiguer ce fléau. Un fléau qui s'accompagne d'une catastrophe écologique.

Un herbicide probablement cancérogène

Quel est ce produit que les enfants pulvérisent ? Les ouvriers l'appellent "Tête rouge", à cause de la couleur du bouchon. Il est vendu partout en lisière de la forêt. Le nom de l'herbicide ne figure pas sur la bouteille. 

C'est en poussant plus loin dans la forêt tropicale, décimée au profit de la culture du cacao, que l'équipe a pu en savoir plus. Avant de planter les cacaoyers, les ouvriers, y compris les enfants, désherbent avec du glyphosate. Un herbicide cancérogène probable selon l'Organisation mondiale de la santé, et extrêmement agressif pour la végétation.

Comment meurt la forêt tropicale

Les ouvriers sont-ils informés des dangers potentiels de ce produit ? "Que c'est dangereux, que ça peut tuer, on ne nous a jamais dit ça", affirme l'un d'eux. Sur la bouteille, un pictogramme avertit qu'il faut porter des protections pour manipuler le produit, mais ici, personne n'en a. "On sait qu'il faut se protéger avant de pomper, mais comme on n'a pas de protections, on est obligés de pomper comme ça", explique le même ouvrier.

C'est ainsi que le cacao avance... et que la forêt meurt. Si les arbres sont tout blancs ici, c'est qu'ils ont été incendiés pour faire de la place pour le cacao.

Extrait de "Cacao, les enfants pris au piège", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 10 janvier 2019.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Glyphosate

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.