Sortie du glyphosate dans trois ans en France : le président de la FDSEA d'Île-de-France menace d'aller "au contentieux juridique"

Damien Greffin, président de la FDSEA d'Île-de-France, a annoncé qu'il comptait lancer un contentieux juridique après les propos d'Emmanuel Macron demandant au gouvernement de prendre des dispositions pour que la France sorte du glyphosate "au plus tard dans trois ans".

Des personnes manifestent contre l\'autorisation du glyphosate devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 27 novembre 2017, avant le vote des Etats membres.
Des personnes manifestent contre l'autorisation du glyphosate devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 27 novembre 2017, avant le vote des Etats membres. (EMMANUEL DUNAND / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Je peux vous dire que nos organisations iront au contentieux juridique et qu'on est quasiment certain de gagner", a lancé Damien Greffin, président de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA) d'Île-de-France, mardi 28 novembre sur franceinfo, à la suite de la déclaration d'Emmanuel Macron, lundi. Le président de la République a demandé, dans un Tweet, au gouvernement "de prendre les dispositions nécessaires" pour que la France sorte du glyphosate "au plus tard dans trois ans" après la réautorisation du glyphosate pour cinq ans par l'Union européenne.

Inégalité entre les pays

"On ne pourrait pas comprendre qu'un agriculteur allemand et qu'un agriculteur français ne soient pas logés à la même enseigne", a expliqué Damien Greffin, également céréalier en Île-de-France. Le président de la FDSEA d'Île-de-France se dit favorable à des alternatives au glyphosate, mais dans des délais plus longs que ce que souhaite le gouvernement français. 

Lundi, les États membres de l'Union européenne ont voté en faveur du renouvellement de la licence d'utilisation du glyphosate. Après six reports, le vote a autorisé la prolongation pour cinq ans de l'emploi de l'herbicide le plus répandu au monde. Dans le détail, 18 pays ont voté pour, neuf contre (dont la France et le Luxembourg). Un seul pays s'est abstenu : le Portugal.