Cet article date de plus d'un an.

Pesticides : la Charente-Maritime et la Gironde en tête des départements les plus gourmands

L'association Générations Futures remet jeudi ses "Glyph' Awards", des prix pour les départements qui achètent le plus ce type de pesticides. franceinfo vous en révèle le palmarès.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un agriculteur pulvérise de l'herbicide dans un champ à Saint-Germain-Sur-Sarthe (Sarthe), le 16 septembre 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Quels départements sont les plus dépendants au glyphosate en France ? Générations Futures dévoile jeudi 11 mars les gagnants de ses "Glyph'Awards". L'association de défense de l'environnement publie un classement et une carte des départements qui ont acheté le plus de pesticides en 2019, dont le fameux glyphosate.

>> Agriculture : pourquoi la France est-elle en retard sur ses objectifs de conversion bio ?

En tête, la Charente-Maritime, qui achète le plus de glyphosate par rapport à sa surface cultivée. Suivent la Gironde, la Marne, la Charente et le Lot-et-Garonne. L'ONG précise que les chiffres sont "en quantité sans doute inférieure à la consommation réelle de cette année 2019 car certains achats ont été effectués fin 2018" pour anticiper la hausse de la redevance pour pollution diffuse (RPD), entrée en vigueur le 1er janvier 2019. "Ces produits ont été stockés pour un usage en 2019 mais figurent dans les achats de l'année précédente, ce qui avait conduit à gonfler les chiffres d'achat de l'année 2018 et à faire diminuer ceux de 2019", explique l'association.

Une carte des plus gros acheteurs

L'association classe aussi les départements français en fonction du tonnage d’achat de pesticides le plus élevé, tous produits confondus. La Gironde se retrouve en première position, en ayant acheté 3 037 tonnes de pesticides en 2019. Le département aux cultures viticoles est suivi par la Marne (2 430 T), le Loiret (2 282 T), la Seine-et-Marne (1 889T) et la Somme (1 590 T). "Les départements viticoles sont bien représentés", reconnaît François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, auprès de franceinfo. "La Charente-Maritime semble accro au glyphosate mais n'est pas un gros consommateur de pesticides" par rapport à d'autres départements, poursuit-il, mettant en avant les spécificités de la région.

La viticulture reste dépendante

"Il y a une certaine constance dans ces résultats", assure François Veillerette. Selon lui, "l'agriculture bordelaise reste très dépendante, ce n'est pas pour rien qu'on a la Gironde et la Marne, il n'y a pas vraiment de surprise". Certains départements apparaissent dans le classement comme le Loiret, où "l'huile de colza est utilisée contre les pucerons", alors que le département a acheté moins de glyphosate (85 tonnes) que d'autres départements par exemple. En Gironde, le glyphosate se trouve en troisième position des produits les plus achetés, derrière le fosetyl-aluminium et le soufre.

Quel est l'objectif d'un tel classement ? "Donner de l'information utilisable au citoyen", assure Générations Futures qui utilise des données officielles liées au commerce de substances actives phytosanitaires pour l’année 2019, en fonction des codes postaux des acheteurs. "Cela nous semble important d'avoir une transparence sur ces données. Et le deuxième objectif : mettre un peu de pression sur la profession". Le porte-parole de l'ONG remarque qu'il y a "des produits utilisés à risque faible en agriculture biologique", comme le soufre ou le cuivre.

Une liste d'exceptions plutôt qu'une interdiction totale en 2021

Le 9 octobre dernier, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a réduit l'utilisation du glyphosate en France. Le président français Emmanuel Macron avait promis sa suppression d'ici trois ans, mais certaines exceptions sont maintenues, quand il n'y a pas d'alternatives possibles. Pour la viticulture notamment, l'usage de l'herbicide sera interdit entre les rangs de vigne pour le désherbage et les doses annuelles par hectare devront diminuer de 80%. L'herbicide sera interdit quand il y a une alternative "possible", mais l'Anses conclut qu'il n'y a pas toujours de solution de rechange. L'objectif est d'aller vers la fin totale de l'herbicide controversé en 2023.

Le classement montre également que la Martinique, la Guyane, la Seine-Saint-Denis, la Guadeloupe et le Val-de-Marne sont les départements qui ont acheté le moins de pesticides en 2019.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Glyphosate

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.