Glyphosate : trois députées LREM engagées contre le pesticide ont voté contre l'inscription de son interdiction dans la loi

"L'inscription dans la loi n'est pas toujours la solution la plus adaptée", s'est justifiée l'une d'elles.

Un agriculteur vaporise du glyphosate sur ses champs, le 11 mai 2018 à Piace (Sarthe).
Un agriculteur vaporise du glyphosate sur ses champs, le 11 mai 2018 à Piace (Sarthe). (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Engagement présidentiel, la sortie du glyphosate d'ici 2021 ne sera finalement pas gravée dans la loi. Dans le projet de loi du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, examiné en première lecture au Palais Bourbon mardi 29 mai, point d'article sur le glyphosate. En effet, l'Assemblée a rejeté tous les amendements qui voulaient inscrire dans les textes la sortie de l'herbicide dans les trois ans. Parmi ceux qui ont voté contre, trois députées LREM qui avaient... "pris publiquement position pour l’interdiction du glyphosate", note Le Parisien.

"Pas besoin de légiférer pour l'interdire"

En effet, Laurence Maillard-Méhaignerie, députée d'Ille-et-Vilaine, Christine Hennion, députée des Hauts-de-Seine, et Valérie Thomas, députée du Puy-de-Dôme, figurent parmi les votes contre, comme le remarque un journaliste sur Twitter.

En octobre dernier, elles avaient toutes les trois signé une tribune dans Le Monde (article payant) qui était alors titrée : "Nous, députés de La République en marche, demandons une interdiction du glyphosate". Deux d'entre elles ont rapidement justifié ce revirement. "Pas besoin de légiférer pour l'interdire", a justifié Laurence Maillart-Méhaignerie. "L'inscription dans la loi n'est pas toujours la solution la plus adaptée", a ajouté Christine Hennion sur le réseau social.