Cet article date de plus de deux ans.

Plainte contre cinq pays pour inaction climatique : "Marcher ne suffit plus, cela passe désormais par la justice et la désobéissance civile"

Au lendemain du discours de Greta Thunberg à la tribune de l'ONU, l'ONG environnementale Youth For Climate envisage désormais des actions "plus radicales".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'activiste écologiste Greta Thunberg s'exprime au sommet sur le climat de l'ONU, le 23 septembre 2019 à New York. (GETTY IMAGES)

Lors de l'Assemblée générale du lundi 23 septembre, 16 jeunes, dont la militante suédoise Greta Thunberg, ont intenté une action en justice pour dénoncer l'inaction de cinq pays contre le réchauffement climatique. La plainte vise l'Allemagne, l'Argentine, le Brésil, la Turquie et la France pour atteinte à la convention de l'ONU sur les droits de l'enfant. 

Selon Yohan Sales, membre de l'ONG Youth For Climate, interrogé mardi sur franceinfo, l'action pour le climat passe désormais aussi "par la justice", mais également "par la désobéissance civile""On fait avec les moyens que nous avons", assure Yohan, qui fait ainsi référence à la plainte déposée contre cinq pays.

Marcher, cela ne suffit plus. Une grève, deux grèves, trois grèves, on voit que tout cela ne sert à rien.

Yohan Sales, membre de l'ONG Youth For Climate

à franceinfo

Les marches pour le climat vont-elles donc continuer ? "Je ne sais pas si elles vont continuer en France. Lors de la dernière grève mondiale du 20 septembre, nous avons tenté un format un peu différent, une marche plus courte, suivi d'un grand rassemblement avec des scientifiques, des experts, des organisations, raconte Yohan Sales. Aujourd'hui l'urgence est telle que l'on ne peut plus se contenter d'aller dans la rue pour dire que tout va mal. Nous nous devons d'avoir des actions plus radicales, comme le blocage."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Greta Thunberg

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.