Des pesticides retrouvés dans les cheveux d'enfants vivant en zones agricoles

Selon une étude révélée aujourd'hui par l'association Générations futures, des substances interdites depuis plusieurs années ont même été détectées. 

Les traces de 35 pesticides ont été retrouvées dans les cheveux d\'enfants habitant ou allant à l\'école dans des zones agricoles.
Les traces de 35 pesticides ont été retrouvées dans les cheveux d'enfants habitant ou allant à l'école dans des zones agricoles. (CAROL KOHEN / GETTY IMAGES)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le bon air de la campagne n'est pas toujours aussi sain qu'on le croit. Surtout lorsque l'on vit à proximité de champs cultivés ou de vignes. Selon une étude de l'association Générations futures révélée mardi 29 avril, les traces de 35 pesticides ont été retrouvées dans les cheveux de trente enfants habitant ou allant à l'école dans des zones agricoles. 

Les prélèvements, faits par les parents, ont été réalisés entre octobre et décembre 2013 sur des enfants de 3 à 10 ans. Au total, 53 pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (attaquant le système hormonal) ont été recherchés. Trente-cinq ont été retrouvés au moins une fois et treize détectés dans tous les échantillons.

Un "effet cocktail" inquiétant, selon l'association

Parmi ces derniers figurent de nombreux produits interdits depuis des années dans l'agriculture, comme l'Endosulfan. Certains sont toujours autorisés pour des usages domestiques ou vétérinaires, comme les diffuseurs antimoustiques, les produits contre les pucerons des rosiers ou les puces des animaux de compagnie. 

L'échantillon de l'étude reste peu important. Dans Le Parisien, l'association reconnaît que l'on ne peut pas "considérer ces résultats comme représentatifs de l'exposition moyenne des petits Français vivant dans des zones agricoles". François Veillerette, porte-parole de Générations futures, pointe toutefois un "effet cocktail" potentiellement dangereux. 

Sur son site, l'association dit attendre maintenant que "la Commission européenne publie enfin une définition protectrice et ouverte des perturbateurs endocriniens, qui devront être exclus".