Bure : l'autre combat des zadistes

Les opposants au projet d'enfouissement des déchets radioactifs à Bure (Meuse) se sont de nouveau rassemblés ce samedi 3 mars. Ils ont l'intention de manifester malgré l'interdiction de la préfecture.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Autour de la zone du projet Cigéo de Bure (Meuse), le rassemblement des forces de l'ordre est imposant à cause du regroupement des opposants à l'enfouissement des déchets radioactifs ce samedi 3 mars. Les gendarmes filtrent chacun des accès et fouillent les voitures avec une consigne : empêcher les manifestants d'accéder au site. Dans le bois Lejuc, sur le lieu du projet, 700 opposants sont attendus ce week-end.

Une nouvelle ZAD, la hantise des autorités

La préfecture ne peut pas interdire le rassemblement des opposants au projet Cigéo alors les autorités limitent au maximum les accès. Une tentative d'intimidation selon les associations. Il y a dix jours, les opposants présents sur le site avaient été délogés au cours d'une vaste opération de gendarmerie. La hantise des autorités est que les opposants reviennent et s'installent à nouveau. Certains envisagent dès ce week-end de construire une tour de guet, comme pour montrer leur intention de continuer le bras de fer avec l'État.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes déployés lors de l\'opération d\'évacuation du bois Lejuc, jeudi 22 février 2018, où vivaient des opposants au projet d\'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Meuse).
Des gendarmes déployés lors de l'opération d'évacuation du bois Lejuc, jeudi 22 février 2018, où vivaient des opposants au projet d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Meuse). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)