Etats-Unis : au moins 2 000 bovins retrouvés morts, tués par une vague de chaleur

Une vidéo virale montre des champs aux airs de charnier dans l'Etat agricole du Kansas, où les températures ont dépassé les 40°C.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bovins dans une prairie, à Willard, dans le Kansas (centre des Etats-Unis), le 4 décembre 2014.  (ORLIN WAGNER/AP/SIPA / AP)

Le nombre total de bêtes mortes demeure incertain. Après une forte hausse des températures, au moins 2 000 bovins ont été retrouvés morts dans l'Etat du Kansas, dans le centre des Etats-Unis, ont rapporté les agences de presse AP et Reuters, jeudi 16 juin, confirmant le constat observé par une vidéo virale montrant des champs aux airs de charnier, ici relayée par un journaliste de Slate.fr.  

Le département de la Santé et de l'environnement du Kansas a fait savoir à l'agence AP que ce bilan pourrait encore s'accroître.

Le bétail victime d'un "stress thermique"

"Le bétail a souffert de stress thermique alors que les températures et l'humidité ont augmenté au cours du week-end dans l'ouest du Kansas et que les vents rafraîchissants ont disparu", a expliqué la porte-parole de la Kansas Livestock Association, une association de fermiers, à l'agence Reuters. "Les animaux n'ont pas pu s'acclimater au changement soudain." Dans cette région agricole, les températures ont dépassé les 40 °C en début de semaine les et pourraient encore grimper samedi et dimanche, selon l'institut de prévisions World Weather Inc.

Auteur d'un rapport publié en 2021 sur les effets du réchauffement climatique sur les troupeaux, le climatologue Philip Thornton, cité par The Guardian (en anglais), l'assure : "Ce qui est certain, c'est que le problème du stress thermique chez les troupeaux (et les humains aussi, d'ailleurs) va devenir un défi croissant pour les éleveurs, au fur et à mesure que la planète se réchauffe."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise climatique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.