COP26 : pour Joe Biden, la Chine a commis une "grave erreur" en "tournant le dos" à la crise climatique

"Je pense que c'était une grave erreur de la Chine de ne pas venir" à la COP26, a tancé le président américain lors d'une conférence de presse à Glasgow.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain, Joe Biden, au sommet pour le climat de la COP26 à Glasgow (Ecosse), le 1er novembre 2021. (PIERRE LARRIEU / HANS LUCAS / AFP)

"Je pense que c'était une grave erreur de la Chine de ne pas venir." Le président chinois Xi Jinping a commis "une grave erreur" en ne venant pas à la réunion du G20 à Rome et en "tournant le dos" à la COP26 sur le climat à Glasgow, a estimé mardi 2 novembre le président américain. "Le reste du monde a regardé la Chine et s'est demandé, qu'est-ce qu'ils apportent ?", a estimé Joe Biden, lors d'une conférence de presse clôturant sa visite à la conférence climat. 

>> Sceptiques, jusqu'au-boutistes, submergés… On vous présente les six grandes familles de pays qui négocient en ce moment sur le climat

"C'est un sujet gigantesque et ils ont tourné le dos. Comment peut-on faire ça et prétendre à un quelconque leadership", a tancé le président américain. En agissant ainsi, le président chinois "a perdu une occasion d'influencer les gens dans le monde entier", a poursuivi Joe Biden. Le président Xi Jinping s'est contenté d'un message écrit, posté sur le site de la conférence, aucune intervention par visioconférence ou message vidéo n'étant prévu pour les chefs d'Etat et de gouvernement, qui devaient venir s'exprimer sur place.

"C'est la même chose pour Vladimir Poutine", a poursuivi Joe Biden en référence au président russe, qui n'a pas non plus assisté à ces deux réunions. Juste avant la COP26, le président américain, qui a vanté le retour de son pays sur la scène internationale sous son mandat, avait déjà chargé Pékin et Moscou au cours du G20 à Rome, se disant "déçu" par l'absence d'engagements climatiques de leur part.

La Chine, le premier émetteur de gaz à effets de serre, et la Russie figurent parmi les grands absents d'un accord phare conclu mardi par une centaine de pays pour contenir le méthane. Quant aux Etats-Unis, ils restent à la traîne dans la lutte contre le réchauffement climatique

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP26

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.