Cet article date de plus d'un an.

Référendum sur l'environnement : Cyril Dion "content" qu'Emmanuel Macron "aille au bout de cet engagement, au moins sur ce point"

"Cela permettra dans beaucoup de procédures judiciaires qui sont engagées de protéger beaucoup plus la nature", a réagi Cyril Dion, cinéaste et écrivain, un des trois garants de la convention citoyenne sur le climat.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Cyril Dion, le 20 juillet 2020. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Après trois heures et demie d’échanges devant la Convention citoyenne pour le climat, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a annoncé lundi un futur référendum pour inscrire la garantie de la préservation de l'environnement et de la biodiversité dans la Constitution, reprenant ainsi un de ses propositions. "Je suis content qu'il aille au bout de cet engagement, au moins sur ce point", a réagi mardi 15 décembre sur franceinfo Cyril Dion, cinéaste et écrivain, un des trois garants de la convention citoyenne sur le climat.

franceinfo : Etes-vous satisfait de cette nouvelle ?

Cyril Dion : Emmanuel Macron s'était engagé à le faire quand il nous avait reçus à l'Elysée, donc je suis content qu'il aille au bout de cet engagement, au moins sur ce point. Le fait que l'article 1 de la Constitution puisse intégrer ça cela permettra dans beaucoup de procédures judiciaires qui sont engagées de protéger beaucoup plus la nature. Ce qui est moins bien, c'est d'être revenu sur la définition du sans filtre, de ne pas avoir tenu son engagement sur un certain nombre d'autres choses.

Craignez-vous, compte tenu de la proximité de l'élection présidentielle, que cela se transforme en vote pour ou contre Emmanuel Macron ?

C'est un risque. Il y a un certain nombre d'experts, notamment de la démocratie délibérative qui avaient appelé à faire un référendum à choix multiples pour éviter ce phénomène-là. J'espère qu'on votera sur le sujet et pas contre Emmanuel Macron.

Que pensez-vous de son discours ?

Emmanuel Macron a expliqué pendant 3h30 pourquoi il allait réduire l'ambition d'un certain nombre de propositions de la Convention citoyenne. On ne voit pas très bien comment il va parvenir à l'objectif de -55% d'émissions d'ici 2030. C'est vrai qu'il a fait plutôt plus que ses prédécesseurs, c'est bien, mais le problème c'est que comme ses prédécesseurs n'ont rien fait pendant des décennies aujourd'hui ce qu'il faudrait faire est infiniment plus important que ce qu'il prévoit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Convention citoyenne sur le climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.